Belles femmes et personnes handicapées, les nouvelles mules des barons de la drogue

Les nouveaux barons de la drogue, dans les régions du Nord, exploitent des personnes handicapées et de belles femmes pour distribuer leurs marchandises.




Il semble bien lointain le temps où les barons de la drogue faisaient la pluie et le beau temps dans les régions du Nord.

Grâce aux efforts des services de sécurité du pays, des hommes comme Mounir Ramach, El Néné, ou Hamidou Bounkoub, plus connu sous le nom de Dib, ont été soit interpellés soit tués.

Mais, à en croire le quotidien arabophone Assabah dans sa livraison de ce lundi 4 novembre, de nouveaux narcotrafiquants ont émergé pour prendre le relais.




Ces derniers n’ont cependant pas suivi le modus operandi de leurs prédécesseurs, préférant rester dans l’ombre et faire distribuer leurs marchandises par des citoyens lambda, voire des handicapés.

C’est le cas de Mohamed (nom d’emprunt), un aveugle originaire de Bab Berred qui transporte régulièrement des quantités conséquentes de cannabis vers Rabat, Marrakech et Tanger, ajoute le média casablancais.

Une source du journal explique les raisons qui poussent les barons de la drogue à s’attacher les services de personnes comme Mohamed. “Les personnes non-voyantes n’attirent pas les soupçons des autorités.

Qui peut se douter qu’un aveugle transporte de la drogue”, déclare la source avec un air moqueur.




Lors de son reportage, la journaliste d’Assabah a rencontré une jeune femme, également engagée pour distribuer de la drogue.

Sanaa, une jeune étudiante de 22 ans, explique que les narcotrafiquants recherchent de belles femmes pour transporter leurs marchandises.

“Je transporte de la drogue de Tanger à Tétouan, ou de Tanger à Nador, et je touche entre 5.000 et 10.000 dirhams par voyage en fonction de la quantité, qui peut atteindre les 5 kilogrammes”, avoue Sanaa.




À lire aussi: