La légalisation du cannabis revient au cœur du débat

Dans une question écrite adressée au nouveau Ministre de la Santé, le parlementaire du Parti Authenticité et Modernité (PAM), Mohamed Cheikh Biadillah, a insisté sur la nécessité de légaliser le cannabis produit au Maroc.




« Quand est-ce que le Maroc pourrait, un jour, envisager de suivre la voie du Canada, des Etats-Unis et des Pays-Bas et de tirer profit des bénéfices thérapeutiques de la plante du Cannabis​ ?​ »,​ s’est interrogé Mohamed Cheikh Biadillah.

Selon le député du​ Parti Authenticité et Modernité (PAM), l’usage médical du cannabis serait d’une grande utilité pour les populations, en raison de ses « bienfaits thérapeutiques » reconnus « dans plus de 30 pays à travers le monde ».

Pour étayer son argumentation, Mohamed Cheikh Biadillah a laissé entendre que « certains professeurs universitaires ont réussi à extraire du cannabis marocain les mêmes substances utilisées dans la fabrication de plusieurs médicaments en Europe et en Amérique du Nord​ ».




​« ​ Cette question rejoint un débat que le PAM avait lancé (en 2015), lors du dernier mandat, pour légaliser l’usage de cette plante dans un cadre strictement médical​ », a affirmé la députée du PAM, Ibtissam Azzaoui.

De son côté, le Conseil de la région de Tanger-Tétouan-Al Hoceïma entend financer une nouvelle étude sur « l’exploitation des propriétés du cannabis en matière thérapeutique et pharmacologique​ ». L’étude sera menée en collaboration avec l’Institut scientifique de Rabat, rattaché à l’Université Mohammed V.

Par ailleurs, une étude publiée par l’Institut​ Prohibition partners, en août dernier, montre que la production du cannabis marocain à usage récréatif pourrait générer​ 916 millions de dollars et celle du cannabis à usage médical 28 millions, à l’horizon 2024.




>> A lire aussi: