France: un ex militaire condamné pour trafic d’armes avec le Maroc et le Congo

Un ancien membre des commandos de la marine, poursuivi pour trafic d’armes présumé avec l’Afrique, a été condamné, le 22 octobre, à trois ans de prison avec sursis et à 50.000 euros d’amende. Tel est le verdict prononcé par le Tribunal correctionnel de Caen, mardi dernier.




Après un jugement le 24 septembre, cet homme de 52 ans, gérant de deux sociétés à Caen (Calvados), a reçu une nouvelle condamnation le 22 octobre. Il serait impliqué dans une affaire de trafic d’armes.

Selon les explications qu’il a fournies lors de l’audience au Tribunal correctionnel de Caen, il travaillait en lien avec la Direction générale de l’Armement (DGA), pour faire du commerce de matériel de guerre avec plusieurs pays africains.

« Mon idée de départ était de proposer l’équipement nécessaire pour protéger les champs pétrolifères des attaques terroristes », a-t-il fait savoir. Contre toute attente, il est devenu vendeur d’armes létales sans l’autorisation de la DGA.




L’institution avaient refusé de lui livrer une autorisation en raison de la mise en examen de l’un des actionnaires de ses sociétés pour « corruption d’agents publics étrangers ».

Malgré cela, il avait livré des armes létales au Congo et au Maroc. Et, ce sont des intermédiaires basés au Panama ou au Luxembourg qui l’aidaient à faire transiter les fonds.

Le Caennais a écopé d’une peine de trois ans de prison avec sursis et de 50.000 euros d’amende. De même, il lui est fait interdiction de gérer une société durant 15 ans, et de détenir ou de porter une arme durant 5 ans.




À lire aussi: