(Vidéo) Le patron des sénateurs LR veut supprimer « les aides sociales » aux femmes portant le niqab

Selon le chef de file des Républicains au Sénat, le port du niqab se multiplie en France. Selon lui, le port de ce voile intégral n’est pas verbalisé en France, alors qu’il est pourtant interdit.




Bruno Retailleau a estimé mardi 22 octobre au micro de BFMTV que le port du niqab troublait l’ordre public.

Alors que Jean-Jacques Bourdin lui rappelle que ce voile intégral, qui cache les yeux avec un « grillage » en tissu, est extrêmement rare en France, l’élu de Vendée se reprend : « le niqab, c’est la même chose ». Ce voile intégral laisse apparaître les yeux. « Ça se multiplie. C’est interdit mais (les femmes) ne sont pas verbalisés », déplore Bruno Retailleau. « Ce que je propose c’est qu’en cas de récidive, pour une femme qui porte le voile intégral, on supprime les aides sociales », lâche-t-il.




« Une contre-société à visée séparatiste »

Selon la loi du 11 octobre 2010, toute dissimulation du visage est interdite dans l’espace public. « Nul ne peut, dans l’espace public, porter une tenue destinée à dissimuler son visage », précise l’article 1.

Bruno Retailleau souhaite « supprimer les aides sociales » aux femmes portant le voile intégral « en cas de récidive »par BFMTV

Bruno Rétailleau est également revenu sur le plateau de BFMTV – RMC sur sa proposition visant à interdire les listes communautaristes, relayée dimanche dans le JDD. « Ces listes veulent privilégier une partie de la population alors que notre République est ‘indivisible' », justifiait alors l’élu de Vendée. »Ce que je constate c’est qu’il y a un islam politique, en France, qui est en train de construire une contre-société à visée séparatiste. Le constat est sous nos yeux, il y en a de multiples preuves, et si on ne réagit pas, si on ne pose pas des limites républicaines, alors demain on aura des têtes de listes qui pourraient s’emparer de villes en France », a-t-il détaillé.









À lire aussi: