Le passage annuel des MRE à travers le Détroit de Gibraltar inquiète les pays occidentaux

Le passage annuel de millions de Marocains résidant à l’Etranger (MRE)à travers le Détroit de Gibraltar inquiète les pays occidentaux, l’Espagne à leur tête, mais aussi les Etats-Unis. L’inquiétude viendrait du fait que pour cette seule année au moins 72 présumés jihadistes ont été repérés pendant la traversée entre le Maroc et l’Espagne. Mais, par manque de preuves irréfutables, ces 72 personnes n’ont pas été interpellées.




Le journal Akhbar Al Yaoum explique qu’un rapport de la Commission européenne, consacré à l’opération « Minerva », déployée par l’Agence européenne de Contrôle des frontières, ’’Frontex’’, parle d’au moins 46 alertes données entre le 12 juillet et le 16 septembre derniers.

Ces alertes concernent des personnes suspectées d’avoir combattu dans les rangs de l’organisation terroriste, Daech, sur le front syrien.

Une autre opération sécuritaire, « Neptune II », déployée entre le 2 et le 8 juillet derniers, et à laquelle ont participé les services de sécurité marocains aux côtés de plusieurs autres services de sécurité a également permis de repérer 12 présumés terroristes, dont 9 s’apprêtaient à entrer sur le territoire espagnol.




Le journal parle aussi de l’interception de 220 candidats à l’émigration clandestine en provenance du Maroc, de la récupération de 12 voitures de luxe volées et de la saisie d’1,6 tonne de cannabis et d’armes de différentes natures. Après la déchéance de Daech, ses combattants ont été disséminés un peu partout dans le monde.

Et, l’objectif de ce genre d’alertes est justement de les traquer et de suivre leurs déplacements. Partant de là, note le quotidien, une fois repérés, les services de sécurité se contentent de noter la nature des documents d’identité et des titres de voyage qu’ils ont présentés.

Ils ne sont pas interpellés, car aucun mandat d’arrêt n’a été lancé à leur encontre. Ils sont simplement sur la liste des suspects.




À lire aussi: