Bientôt une carte universitaire nationale

Un projet de carte universitaire nationale pour accompagner les chantiers de la régionalisation et de la décentralisation administrative est en cours d’élaboration, a indiqué le secrétaire d’État chargé de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Khalid Samadi.




Dans un entretien à la MAP à l’occasion de la rentrée universitaire, M. Samadi a souligné que l’absence d’une vision claire concernant l’offre universitaire dans les régions pour les dix prochaines années et la création d’établissements universitaires sur demande partielle exigent l’élaboration d’un projet relatif à la carte universitaire nationale à l’horizon 2030, d’autant plus que cette orientation a été confortée par la loi cadre n°51-17 relative au système de l’éducation et de la formation, prévoyant la mise en place d’un pôle universitaire intégré dans chaque région.

À cet égard, M. Samadi a noté que toutes les régions du Royaume disposent d’établissements universitaires assez importants et réalisés souvent sous certaines « pressions sociales », ce qui a permis d’étendre cette offre et de créer des noyaux universitaires dans plusieurs régions. Cette approche a produit une carte universitaire « non équilibrée et incomplète » et ne répondant pas aux besoins de développement de chaque région, a-t-il déploré.

Face à cette situation, il était nécessaire de lancer le chantier de la carte universitaire nationale, a-t-il jugé affirmant que le ministère de l’éducation nationale, de la formation professionnelle, de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique dispose d’un plan d’action pour la mise en œuvre de ce chantier, avec l’implication de partenaires socio-économiques et des collectivités territoriales ainsi qu’à travers l’organisation des journées d’études dans chaque région, en vue d’élaborer des visions et de formuler des suggestions de nature à guider la mise en place d’une carte universitaire nationale.




Sur la base des données collectées au cours des rencontres, une carte universitaire nationale sera établie en fonction des besoins et spécificités de chaque région, a-t-il expliqué.

« Aujourd’hui, des fonciers publics sont disponibles à Fes, Marrakech, Rabat et Tanger qu’il faut exploiter pour construire des cités universitaires et des pôles universitaires intégrés à l’instar des cités des métiers et des compétences qui seront créées dans le cadre de la nouvelle stratégie de la formation professionnelle », a-t-il poursuivi.

Selon M. Samadi, les étudiants vont bénéficier de la connectivité entre ces cités et les pôles universitaires, ce qui permettra la mise en place d’une offre universitaire intégrée dans chaque région, soulignant que ces pôles constituent les mécanismes de base de la décentralisation et de la déconcentration au niveau de l’offre universitaire.




>> A lire aussi: