(Vidéo) Disparition de Bennani Thami : sa mère découvre « la vérité »

L’intuition d’une maman ne trompe jamais. On a beau lui répéter que son fils a disparu dans des circonstances indéterminées, la mère s’est obstinée à croire qu’il a été victime d’un homicide.




L’histoire remonte à l’année 2007 quand Bennani Thami, alors âgé de 17 ans, avait accompagné ses amis dans une escapade en voiture en direction de la plage de Paloma, dans la périphérie de Casablanca.

Célébrant l’anniversaire d’une amie, ils avaient, semble-t-il, passé une nuit bien arrosée où alcool et résine de cannabis avaient fait leurs effets. Une overdose avait contribué à mettre fin à la vie du jeune Thami.

Ne sachant que faire, les jeunes hommes avaient décidé de se débarrasser du corps de la victime en l’enterrant dans un champ agricole loin de la plage, et en se promettant d’en garder le secret.

20 jours plus tard, la dépouille a été découverte par le fermier qui labourait sa terre, et transportée au Centre médico-légal pour l’autopsie. Les conclusions du médecin légiste ont confirmé le décès par overdose.

Le corps avait été placé à la morgue sous X, sachant qu’il n’était pas identifié, avant d’être enterré quelques années plus tard, sur ordre du Procureur du Roi.

L’enquête de la Police judiciaire a abouti, 12 ans plus tard, à un homicide. Convoquée, la mère a vite reconnu les vêtements de son fils ainsi que les photos prises avant son enterrement.

Les dents cassées du jeune homme laissaient envisager le scénario d’une bagarre avec un de ses amis. Ceux-ci ont été interpellés et écroués à la prison d’Oukacha, en attendant la fin de l’enquête.

En parallèle, une enquête a été ouverte par la Brigade nationale de la Police judiciaire avec les anciens responsables, en vue de déterminer les raisons de l’absence de convocation des parents lors de la découverte de la dépouille, surtout que la comparaison avec les avis de recherche est une procédure d’usage.









>> A lire aussi:













G