Pays-Bas : Le meurtre d’un avocat tourne à la polémique sur l’emprise de la mocro-maffia

Un reportage de la télévision publique, NOS, fait état des mesures de sécurité supplémentaires qui ont été prises pour des dizaines de personnalités dont des juges et des procureurs impliqués dans la conduite d’affaires de drogue ou de dossiers sensibles.




Ces dispositions interviennent après l’assassinat de Derk Wiersum, un avocat qui défendait un témoin-clé dans une vaste affaire impliquant deux hommes originaires du Maroc, Ridouan Taghi et Said Razzouki. Ils sont qualifiés de criminels les plus recherchés des Pays-Bas.

Selon les médias néerlandais, cette mesure sécuritaire supplémentaire qui sera assurée à ces personnalités s’effectuera au double niveau visible et invisible. En effet, certains agents seront équipés de caméras tandis que, dans d’autres cas, la police renforcera sa présence dans la rue.

Par ailleurs, d’autres personnes bénéficient d’une protection personnelle de la DKDB 24 h, le service qui assure la protection des membres de la famille royale et du leader du PVV, Geert Wilders, fait observer la même source.




Pour sa part, afin de rassurer les uns et les autres à faire preuve de ténacité pour aller jusqu’au bout de ce procès, le Ministre Ferd Grapperhaus a annoncé la semaine dernière qu’il enquêterait sur ce qui est nécessaire pour permettre aux avocats de faire leur travail « en toute sécurité et sans être dérangés ».

Ceci, à en croire l’autorité, permettra réellement la manifestation de la vérité dans cette importante affaire de drogue.

Pour rappel, Derk Wiersum, 44 ans et père de deux enfants, a été abattu mercredi dernier, dans une rue d’Amsterdam peu après avoir quitté son domicile. Le Premier ministre, Mark Rutte, a qualifié ce meurtre en plein jour dans la capitale néerlandaise de « très alarmant ».

Une enquête a été ouverte par le parquet. Des mandats d’arrêt internationaux ont été émis contre les deux mis en cause marocains.




>> A lire aussi: