Quand des Maroco-Néerlandais ne veulent plus de la nationalité marocaine

Aux Pays-Bas, un groupe de maroco-néerlandais fait polémique en affirmant que la nationalité marocaine est inextricablement liée à la peur et au manque de liberté. Exaspérés, disent-ils, par la situation pénible que leur fait vivre leur pays en terre étrangère, ils appellent le gouvernement néerlandais et la société civile à les soutenir dans leur lutte pour l’abolition de la double nationalité.




Des maroco-néerlandais disent ne plus vouloir la nationalité marocaine. Dans un Manifeste, ceux-ci ont d’ailleurs clairement signifié qu’ils ne l’ont pas choisie.

Le député du parti D66, Jan Paternotte a fait savoir sur Twitter qu’il allait demander au gouvernement d’aider les Néerlandais marocains et turcs à renoncer à leur (seconde) nationalité.

En réalité, pour ces maroco-néerlandais, la nationalité marocaine est inextricablement liée à la peur et à un manque de liberté. Il y a 50 ans, les Pays-Bas ont signé un traité avec le Maroc visant à faire venir des ouvriers marocains. Après toutes ces années, « Maroc ne lâche toujours pas ces travailleurs migrants », disent les signataires du Manifeste. Ils ajoutent que « le Maroc a créé une série d’institutions pour espionner, intimider, séduire, recruter et corrompre les Marocains aux Pays-Bas ».

Dès lors, les Néerlandais de nationalité marocaine ne se sentent pas libres de dénoncer des violations des droits de l’homme au Maroc, telles que le traitement réservé aux militants et le désavantage des habitants des montagnes du Rif.




Pour sa part, le Maroc estime qu’il ne lui incombe pas de rendre compte du traitement réservé à ses ressortissants, pas même aux Pays-Bas. Il en résulte que près de 400.000 Marocains aux Pays-Bas sont soumis aux ingérences, contrôle et lois du Maroc, soutient le Manifeste.

« Qu’il s’agisse de la naissance, des noms, du mariage, du divorce, des voyages, de l’orientation sexuelle, de la religion, de la laïcité, de la mort et du respect, nous tenons compte des lois et des sanctions marocaines », dénoncent-ils.

Le Manifeste a été signé par douze Néerlandais d’origine marocaine. Cela peut sembler peu mais d’après l’un des signataires, de nombreux maroco-néerlandais souhaitent renoncer à leur nationalité marocaine mais ont peur de le dire à voix haute.

Depuis 2014 le gouvernement néerlandais n’enregistre plus la deuxième nationalité de ses citoyens. Cependant, la double nationalité n’a pas disparu, le droit marocain étant le même.

Dans leur combat, les rédacteurs du Manifeste espèrent inverser la tendance. Le sujet sera au centre du débat prévu ce mardi soir à Amsterdam, concernant l’influence du Maroc sur les ressortissants néerlandais à double nationalité.




>> A lire aussi: