Crise à l’aéroport international Mohammed V : le ministère de l’Intérieur reprend le dossier

Le Ministère de l’Intérieur a envoyé un Gouverneur en mission pour “assainir” l’environnement de l’Aéroport international Mohammed V de Casablanca, qui vit au rythme des mouvements sociaux organisés par des prestataires bagagistes de Royal air Maroc (RAM) et d’un manque de fluidité.




Le malaise que vit l’Aéroport international Mohammed V perdure. TelQuel qui rapporte les faits indique qu’un conflit ouvert opposait la compagnie aérienne nationale et son prestataire bagagiste, General private interim (GPI), depuis avril 2019. En conséquence, on notait quelques dysfonctionnements : arrivée tardive des bagages, retards sur les vols, touristes à bout de nerfs, …

Le 2 juillet dernier, il y avait pourtant espoir que tout revienne à la normale. Seulement, l’accord trouvé avec le prestataire bagagiste de la RAM, après les négociations entamées par le Ministère de l’Intérieur, par le biais du Gouverneur de la province de Nouaceu, “n’a malheureusement pas abouti à une stabilisation du conflit”, a expliqué une source proche du dossier à TelQuel.

Face à ce rebondissement, le Ministère de l’Intérieur s’active à nouveau pour le règlement du conflit. A cet effet, Mohamed Zhar, ancien Gouverneur de la province d’Al Hoceïma, a été « missionné » de manière temporaire comme Gouverneur de l’Aéroport Mohammed V, confie la même source. Sa mission est de lutter contre les désagréments causés aux passagers et, par ricochet, d’ « assainir l’environnement aéroportuaire”.




>> A lire aussi: