Le corps retrouvé près de Lyon est probablement celui du journaliste Khaled Melhaa

Disparu depuis fin juillet, c’est finalement le cadavre du journaliste franco-algérien, Khaled Melhaa, qui a été retrouvé dans une zone en jachère, loin des axes routiers en France. La réalisation de l’autopsie est attendue pour l’identifier, lui qui a été découvert dans un champ de Villemoirieu, une commune située à une vingtaine de kilomètres au nord de Bourgoin-Jallieu (Isère).




Une triste nouvelle plonge la famille Melhaa dans le deuil. Il s’agit de la découverte un mois après sa disparition du corps du journaliste franco-algérien. Le Parisien rapporte que les premiers éléments de l’enquête permettent d’identifier très partiellement le corps, en attendant les précisions de l’autopsie dans les tout prochains jours. Pour le Parquet, le corps retrouvé ne présente « aucune trace de violence ou d’intervention d’un tiers ».

Sa famille soutient qu’outre sa maladie d’Alzheimer entraînant des problèmes d’orientation dans l’espace, le journaliste âgé de 64 ans ne présentait plus aucun signe visible de maladie. Avant de disparaître, rapporte la même source, le Franco-algérien avait quitté le 31 juillet dernier la maison de vacances de sa femme à Chozeau et n’avait plus donné aucune nouvelle avant d’être retrouvé sans vie à quatre kilomètres de là.

Khaled Melhaa, fondateur de Radio Beur, devenue Beur FM a travaillé pour Le Monde et le quotidien algérien, El Watan. Il a également participé à la première marche des Beurs pour la liberté.

Avec une plume qui accroche, Khaled Melhaa a beaucoup œuvré pour l’affaire « Malik Oussekine », du nom du jeune parisien tué lors des manifestations étudiantes de 1986, s’en souvient l’historien Benjamin Stora, et ami du défunt. A l’époque, Khaled Melhaa avait constitué « avec le frère de Malik, un Comité pour la Justice et la vérité sur cette affaire », ajoute-t-il.

Des analyses ADN vont être effectuées pour confirmer son identité. Elles seront connues la semaine prochaine.




>> A lire aussi: