Violents incendies en Amazonie : Les internautes s’indignent

Depuis le début du mois de juillet la forêt amazonienne est frappée par de violents incendies. Face à l’indifférence, les internautes s’indignent.





Au cours des quatre derniers jours seulement, 9.500 nouveaux foyers d’incendie ont éclaté dans les vastes forêts de l’Amazonie au Brésil.

Des images impressionnantes ont déclenché une tempête d’indignation sur les réseaux sociaux. Sur Twitter, les mots-clés #PrayforAmazonas (Prions pour l’Amazonie) et #PrayForTheAmazon figurent parmi les plus utilisés dans le monde.

Les internautes partagent vidéos et photos de pans entiers de forêts dévorés par les flammes et se mobilisent pour une prise de conscience plus générale de la situation écologique au Brésil. Une catastrophe trop peu couverte dans les médias selon eux.






La hausse a été particulièrement alarmante dans les États occupés en totalité ou partiellement par la forêt amazonienne, comme celui du Mato Grosso (centre-ouest), avec 13.682 départs de feu, soit une hausse de +87%, a relevé l’Institut.

Lundi, Sao Paulo (sud-est), première métropole du Brésil, avait été recouverte en plein après-midi d’un nuage noir apparemment dû à des feux de forêt actifs à environ 2.000 kilomètres en pleine jungle amazonienne.

L’agence spatiale américaine « NASA » a publié il y a quelques jours des photos prises par satellite mettant en avant l’étendue alarmante de la destruction par le feu de la forêt amazonienne.

Selon le Fonds mondial pour la nature (WWF), en Amazonie « les feux sont directement liés à la déforestation puisque c’est une des techniques pour défricher » afin de transformer des aires forestières en zones de culture et d’élevage ou pour nettoyer des zones déjà sinistrées.

Un total de 72.843 incendies se sont déclarés dans différentes parties de l’Amazonie depuis début janvier dernier, soit une augmentation record de 83% par rapport à la même période en 2018, ont rapporté les médias citant les chiffres de l’Institut.




>> A lire aussi: