Arnaque au nom d’une princesse : une ingénieure condamnée

La Chambre criminelle près la Cour de Première instance de Meknès a condamné il y a quelques jours, une ingénieure informatique à sept mois de prison ferme, assortie d’une amende de 20.000 dirhams. Elle était poursuivie pour escroquerie, usurpation d’identité et falsification de documents bancaires.




L’affaire a commencé quand un propriétaire de café a déposé une plainte à l’encontre d’une femme étrangère qui l’avait appelée pour lui demander un prêt de 2 millions de dirhams. Prétendant être la Directrice du Cabinet d’une princesse, elle lui avait proposé, en contrepartie, des chèques libellés en son nom.

Le 27 juillet, elle s’est présentée au café en se faisant passer pour une amie de la Directrice de Cabinet. Mais, le propriétaire s’est excusé de ne pas disposer de la somme et lui a donné un deuxième rendez-vous, promettant de lui procurer le montant.

Selon Assabah, le propriétaire, qui s’est aperçu de la supercherie, a vite contacté la Police judiciaire qui lui a tendu une embuscade dans un café au centre de Meknès. Une fouille de sa voiture a permis de confisquer deux téléphones mobiles de dernière génération, plusieurs chèques signés au nom d’une femme, un carnet de chèques de société, une demande de visa Schengen, une carte bancaire, un contrat de travail en son nom et quatre cartes SIM.

Interrogée sur l’origine des chèques signés, elle a avoué les avoir volés à sa femme de ménage. Le quotidien ajoute qu’ils lui servent de garanties pour les crédits qu’elle contracte en vue de rembourser ses dettes. Elle a persuadé celle-ci d’ouvrir un compte bancaire en lui promettant de l’inscrire à la Caisse de sécurité sociale et d’aider sa fille à obtenir un visa Schengen, avant de lui demander 20.000 dirhams.





>> À lire aussi: