Un Discours royal fondateur pour un Maroc plus égalitaire

Au-delà de sa portée stratégique sous l’angle de l’orientation politique, le Discours royal du Trône est surtout marqué du sceau du réalisme, de la mobilisation et de la responsabilité sociale.




20 ans de règne de SM le Roi Mohammed VI offre en effet une perspective suffisamment large pour dresser un diagnostic global sur les besoins et les déficits qui se font ressentir sur le plan social.

Le Souverain, en chef d’État proche des citoyens dans leurs préoccupations et leur vie de tous les jours, a ainsi remis en question la pertinence du modèle de développement national.

Le constat est sans équivoque : les dernières années ont révélé l’incapacité de ce modèle de développement à satisfaire les besoins croissants d’une partie des citoyens, à réduire les inégalités et les disparités spatiales.

Là-justement, le propos royal ne se contente pas de mettre le doigt sur le mal, mais dessine les contours de solutions opérationnelles. D’autant que la rénovation du modèle de développement national n’est pas une fin en soi, mais « le préalable à l’émergence d’une étape nouvelle ».

Plus précisément, l’ambition collective dans laquelle s’inscrit le discours royal ne saurait porter ses fruits sans consolidation de la confiance aussi bien entre les citoyens que dans les institutions nationales. Mais sans oublier de s’ouvrir davantage sur l’investissement étranger dont les atouts en matière sociale sont indéniables.

Voilà pourquoi SM le Roi a décidé de mettre en place la commission spéciale chargée du modèle de développement, une structure où devront siéger acteurs académiques aux côtés de compétences nationales, issues aussi bien du public que du privé.




À l’évidence, la nation a besoin de relever le défi de l’accélération économique et de l’efficacité institutionnelle, deux conditions sine qua non pour mener à bien l’énorme chantier social et revigorer l’investissement productif. Une approche qui restera lettre morte en l’absence d’un effort substantiel pour faire évoluer les mentalités des responsables.

Le secteur public en particulier est appelé à opérer un triple sursaut en termes de simplification, d’efficacité et de moralisation. La modernisation des méthodes de travail, la créativité et l’innovation dans la gestion de la chose publique sont les clés de la réussite pour le futur modèle de développement que le Souverain appelle de ses vœux.

Mais en tout, l’aboutissement du modèle de développement se mesure à l’aune de la situation sociale dans un Maroc en quête de justice sociale et spatiale, gage de tout progrès sur le registre de l’égalité pour tous.

Là-encore et dans le même sens de clarté, Sa Majesté plaide en faveur d’un Maroc où s’estompent les disparités criantes et les comportements générateurs de frustration, où disparaissent les formes de rente existantes et les situations induisant des déperditions de temps et d’énergie.

Il faut donc d’urgence mettre un terme à de tels agissements en faisant triompher les valeurs de travail, d’engagement responsable, de mérite, d’égalité des chances.

La vision royale va au-delà de la logique du tout politique dès lors que le Souverain insiste sur la nécessaire implication du citoyen en tant qu’acteur principal dans cette nouvelle étape.

Le plus frappant dans cette conception n’est autre que l’appel lancé pour apporter du sang neuf, des compétences avec une nouvelle mentalité, au sein des institutions politiques nationales, plus particulièrement le gouvernement.




À lire aussi: