(vidéo) Espagne: arrestation du tueur présumé d’un Marocain

L’assassin présumé d’un jeune Marocain en Espagne a été arrêté par la police. Les 2 jeunes avaient eu une discussion assez animée hier après-midi et l’agresseur lui a asséné 3 coups de couteau mortels avant de prendre la fuite.




Tout serait parti d’un «mauvais regard» ou d’«un verre qui tombe à terre», d’après plusieurs médias locaux dont la Voz de Galizia. Certains affirment qu’une altercation entre les 2 jeunes a eu lieu en fin d’après-midi et que des coups de couteau ont été donnés en public. Pire encore, alors que le jeune Marocain était en sang et qu’il rendait son dernier souffle, son agresseur a couru vers lui pour tenter de l’achever. Soufian Mraha décèdera à quelques mètres seulement d’un poste de la police.

Les 2 agents qui étaient en permanence ce jour là sont sortis et ont essayé de contenir le sang en attendant l’arrivée des secours. Impossible; le jeune homme perd peu à peu conscience avant de perdre la vie. Les urgentistes ont essayé de le réanimer pendant près d’une heure et n’ont finalement pu que constater son décès.

D’origine allemande, l’agresseur, un certain Jürgen Wilfried Karau, résidait également dans la même ville. L’homme a déjà eu par le passé quelques démêlés avec la justice mais jamais aussi graves. Il habitait dans un appartement avec sa mère et certains témoins affirment que leur relation était chaotique. Très dépensier, c’était elle qui lui achetait ses cigarettes et son tabac. Selon un proche, il a été récemment arrêté pour avoir volé une voisine.

Le Marocain ne résidait que depuis quelques semaines seulement à Salceda. Encore étudiant, il a travaillé pendant quelques mois dans l’usine Citroën de la région pour payer ses études. Ses collègues et amis se rappellent d’un jeune homme avec une bonne éducation et «des valeurs morales». Footballeur amateur, il faisait partie de l’équipe locale et était donc relativement connu. « Il ne fait pas de doute que c’était la malchance. Nous savons très bien qu’il n’a rien fait. Il était sain et sympathique, un gentil garçon. L’autre, celui qui été arrêté, tout le monde le connaissait à Salceda », affirme, dépité, un ami.









À lire aussi: