Ouazzane: près de 800 filles vendues en tant qu’esclaves à des riches du Golfe

Un homme d’une soixantaine d’années vient d’être arrêté à Ouazzane pour son implication présumée dans un trafic de traite d’êtres humains. Et il faisait payer ses victimes…




Dans un article titré par le quotidien Article19 « Proxénétisme – Arrestation à Ouazzane d’un homme s’adonnant à « la vente » de jeunes filles à des riches du Golfe » et parlant de plus de 800 victimes dont 74 déjà identifiées, on peut lire les propos choquants suivants : « Le nombre de victimes identifiées dépasse les 74, elles ont été mariées dans le cadre du mariage dit de jouissance et du « marché d’esclaves » alors que le nombre des victimes est estimé à 800, un chiffre susceptible d’augmenter étant donné que cette activité criminelle a duré plus de 4 ans ».

L’individu arrêté serait originaire de Salé, né en 1959, mais il se rendait fréquemment à Ouazzane pour y chercher des filles mineures, des filles qui vivent dans la précarité, précise la même source et proposait son intermédiation dans des mariages « avec des faux actes » contre de grosses sommes d’argent. Les faux maris (ou maris de jouissance) concernés sont des riches des pays du Golfe.

Les policiers ont saisi des téléphones portables et découvert des centaines de photographies de filles de différentes villes, ainsi que des messages sur WhatsApp et des dizaines de déclarations signées par les victimes indiquant qu’elles verseraient pour leur mariage des sommes d’argent allant de 40 000 à 60 000 dirhams ».

A savoir que cet individu a un casier judiciaire bien chargé, ses antécédents concernant la fraude, l’escroquerie et le proxénétisme, et qu’il était actif non seulement à Ouazzane mais aussi Casablanca, Rabat, Khénifra, Tétouan, Fès… Il avait également un réseau d’entremetteuses qui lui servait à entrer en contact avec les jeunes filles.

Cet homme a été arrêté mercredi dernier et placé en garde à vue. L’enquête se poursuit pour, entre autres, identifier et arrêter les éventuels complices.




À lire aussi: