Finale de la Ligue des champions : la presse tunisienne crie au “scandale”

La presse tunisienne a qualifié de « scandale » la finale-retour de la ligue des champions africaine disputée dans la nuit de vendredi à samedi au stade olympique de Radès entre le Wydad de Casablanca (WAC) et l’Espérance sportive de Tunis (EST).




« Du jamais vu. Le scandale de la finale retour de la Ligue des champions africaine entre l’EST et le WAC restera certainement dans les annales du football mondial », commente « espace manager ».

Il fait observer qu’ »après un but refusé aux Marocains, ces derniers ont refusé de reprendre le jeu en espérant l’annulation du match compte tenu de la défaillance d’organisation de la Var défectueuse ».

La décision de proclamer l’EST vainqueur « a été prise par la CAF, non pas par l’arbitre gambien Bakary Gassama, homme fort du match malgré lui », ironise pour sa part « Kapitalist » dans un article sous le titre « Finale de la Ligue des champions africaine : Une mascarade de football ».

La publication fait observer que l’EST « a été sacrée…par décision de la CAF aujourd’hui, samedi 1er juin 2019, vers 00h45, près de 3 heures après le coup d’envoi de la finale donnée hier soir, à 22H et une interruption de la rencontre devenue pourrie et à haut risque à la 61è minute ». Elle fait remarquer que les images de cette finale ont davantage éclaboussé le football africain à moins d’un mois de Coupe d’Afrique des Nations (CAN) en Egypte.

« Les images faisaient honte » et sont « indignes d’un match d’une telle importance », note le journal, estimant que la valeur sportive de l’événement était dévaluée et l’amateurisme coupable des organisateurs a davantage enfoncé le football africain.

« N’allez donc pas chercher très loin la très faible représentativité (du football africain) sur le plan international car on avait devant les yeux, à l’occasion de cette finale, la cause principale de son incapacité de se hisser au palier supérieur », lance-t-elle, soulignant qu’il s’agit encore d’une mascarade qui ne sera jamais sanctionnée.

De son côté, « Tunis webdo » estime que « le scandale de la finale retour de la ligue des champions africaine ne sera pas sans répercussions », rappelant que le président de la CAF, Ahmad Ahmad a convoqué, d’urgence ce 4 juin, un Comité exécutif pour revenir sur les circonstances de ce « match largement polémique ».




La CAF a proclamé les espérantistes champions après un arrêt de la rencontre provoqué par des problèmes d’arbitrage au niveau de la technologie VAR, ajoute-t-il, précisant que « le Wydad a ainsi refusé de reprendre le match « après le refus de l’arbitre de consulter la VAR suite à un but correct de Walid Karti ».

Pour « Business news », alors que l’Espérance sportive de Tunis a été proclamée ce soir, du vendredi 31 mai au samedi 1er juin, vainqueur de la Champions League, c’est plutôt la panne du VAR (assistance vidéo à l’arbitrage) qui a suscité le déchaînement sur la toile.

En effet, cette finale a été interrompue pendant presque 1h30 à cause d’une absence de la VAR et d’un souci d’arbitrage, commente-t-il, ajoutant qu’il s’agit d’une attente qui a suscité la colère des supporters et qui a été longuement raillée sur la toile.

Dans ce sens, il relève que de nombreux statuts ironiques ont fusé sur la toile, comme la plateforme du prestataire de service « Chantier.tn » qui en a même profité pour créer une publicité spéciale pour l’événement.

« Besoin d’un bon électricien dans la zone de Radès ?! Chantier.tn – 4 Pros pour vos travaux est là pour vous! », peut-on lire sur l’affiche.

Il explique que l’Espérance sportive de Tunis a été proclamée vainqueur sans même terminer le match retour au stade de Radès, qui s’est déroulé dans des conditions extrêmes suite à une interruption à cause d’une « panne de la VAR ».

D’autres publications indiquent qu’en attendant la suite donnée à ce second match, et réagissant à l’annonce par la CAF de la réunion du 4 juin, les critiques se multiplient sur les réseaux sociaux, les internautes regrettant majoritairement un « épisode peu reluisant pour le football africain ».

Elles rappellent également que la Fédération royale marocaine de football (FRMF) avait également contesté l’arbitrage auprès de la CAF à l’issue du match aller disputé à Rabat, ajoutant que peu après, l’instance dirigeante du football africain avait annoncé la suspension de l’arbitre égyptien Gehad Grisha pour une durée de 6 mois.




À lire aussi: