(Photos) Mosquée “Oueld El Hamra”: carrefour historique des habitants de la médina de Casablanca

La ville de Casablanca regorge, à l’instar d’autres villes marocaines, d’un grand nombre de mosquées qui témoignent de la profondeur de la civilisation nationale et des pages glorieuses des dynasties qui se sont succédé dans le royaume.




La mosquée Oueld El Hamra, au cœur de la médina, en est une illustration des plus éloquentes. D’une capacité de 1.500 fidèles, ce lieu de culte, édifié par le Sultan Sidi Mohamed Ben Abdellah en l’an 1204 de l’Hégire correspondant à 1789 du calendrier grégorien, est devenu, au fil des époques, un carrefour pour les habitants de Casablanca avant de se transformer en une métropole impitoyable, mais aussi l’un des référents des événements historiques survenus dans la médina.

La mosquée Oueld El Hamra, qui va connaître une métamorphose architecturale sous le règne du Sultan Moulay El Hassan au début du 13ème siècle de l’Hégire, fait partie des monuments historiques et religieux ayant résisté aux avatars du temps, dans une ville qui était peu soucieuse de son héritage et de son patrimoine. Aujourd’hui, elle est jalousement gardée contre l’oubli et la dégradation.

L’édifice, un mélange de différentes influences architecturales locales et andalouses, a fait l’objet de travaux de restauration et de rénovation au cours des dernières années. SM le Roi Mohammed VI va procéder à son inauguration, le 16 décembre 2016, après la fin du chantier de préservation de l’un des joyaux de la médina.




Faisant partie du programme national de réhabilitation des mosquées et salles des prières menaçant ruine, lancé par le Souverain le 14 mai 2010 à Oujda, la restauration de la mosquée Oueld El Hamra s’inscrit dans le cadre de la haute sollicitude dont le Souverain n’a eu de cesse d’entourer le champs religieux, en général, et les lieux de culte, en particulier. La réhabilitation par le ministère des Habous et des Affaires islamiques de ce lieu historique et hautement symbolique de l’ancienne médina est un projet capital pour la préservation de la mémoire collective. Elle s’inscrit en droite ligne de l’approche préconisée par le Souverain visant à mettre en valeur le capital immatériel, un des principaux critères de richesse de la nation.




Mobilisant des investissements de l’ordre de 8 millions de dirhams, les travaux de réhabilitation ont porté sur la consolidation et la reconstitution des plafonds, de la salle de prière et du minaret, ainsi que la réalisation d’un toit ouvrant au niveau du patio. Ces travaux de rénovation ont donné lieu à un édifice architectural qui attire les visiteurs nationaux et étrangers et contribué à la préservation du patrimoine historique et culturel de la métropole.

La mosquée est située au cœur d’un site historique où se trouve également le musée de l’école Abdalawia, qui est en train de se transformer en Fondation dédiée à la collecte des documents et des écrits portant sur l’ancienne médina. Toutes ces caractéristiques ont fait de cette mosquée un lieu privilégié par les fidèles tant pour accomplir la prière que pour suivre des cours religieux.




>> À lire aussi: