Le Parlement va passer au crible les sitcoms ramadanesques

Pendant le mois de Ramadan, les productions télévisuelles diffusées après la rupture du jeûne font toujours beaucoup parler d’elles, en bien ou en mal. Cette année, le débat s’invite jusqu’au Parlement où une réunion spéciale est prévue le 11 juin prochain pour discuter de « la qualité des programmes de télévision au cours du mois sacré ». 




Cette réunion s’effectuera en présence de la tutelle de l’audiovisuel, à savoir le ministère de la communication et de la culture, rapporte Aujourd’hui le Maroc dans son édition du jour. En effet, la quasi-totalité des groupes parlementaires à la Chambre des représentants a saisi le ministère concernant les productions spécial Ramadan.

Le groupe du Rassemblement constitutionnel (majorité) regroupant les députés du RNI et de l’UC souhaitent questionner la tutelle sur « la qualité des programmes de télévision au cours du mois sacré ». Même requête du côté de l’opposition avec le PAM qui demande « d’examiner et d’évaluer les programmes de télévision de la première ainsi que la deuxième chaîne nationale », souligne le quotidien.

Le PJD évoquera la « gestion des deux sociétés d’audiovisuel ainsi que le niveau des productions ramadanesques » tandis que l’Union socialiste des forces populaires et le PPS aborderont respectivement « la situation actuelle du pôle public et la situation financière ainsi que la gestion des deux chaînes de télévision publique ».

Les critiques des parlementaires devront se confronter aux records d’audience pour ces programmations, surtout les premières semaines du mois sacré. Marocmétrie rapporte que les chaînes du pôle public rapportent 84% de l’audimat lors du prime time. Un succès justifié, selon le système de mesure d’audience, par la complémentarité des productions nationales entre les chaînes de la SNRT et 2M.

Lors de cette rencontre, seront également abordés les sujets relatifs à l’examen de la gestion des chaînes du pôle public en général, ainsi que la situation financière des principales télévisions nationales.





>> À lire aussi: