Les plus belles photos des oasis Marocaines dont vous ne croirez pas l’existence !

Le Maroc est connu pour avoir plusieurs oasis dans le désert. Bien qu’elles n’occupent qu’un millième de la surface du Sahara. Les oasis naissent avec la présence de l’eau mais sont toutes des créations humaines.





Une oasis, ce n’est pas seulement un point d’eau isolé dans le désert où les nomades s’arrêtent pour faire boire leur troupeau. C’est bien plus que cela. En fait, c’est un grand jardin entretenu par des hommes et des femmes qui y vivent en permanence, on les appelle les oasiens.Ces derniers ont parfaitement tout organisé : on a construit des canaux d’irrigation, on a partagé la terre et surtout partagé l’eau qui est une ressource si précieuse.

Les oasis au Maroc sont composés de palmiers, d’arbres fruitiers et des légumes et constituent un type traditionnel de jardin forestier. C’est ainsi qu’elles servent de bouclier contre la désertification, préserve la biodiversité, structure et organise la vie sociale, et garantit l’abondance de produits agricoles.

Il existe 4 grands groupes d’oasis : Au sud de Souss-Massa-Draâ, A Tata et la vallée de Draâ, dans le bassin de Ziz et dans la Région de Figuig. Les oasis au Maroc représentent 15 % de la superficie du Maroc soit 115.563 km². Sans tarder, on fait le tour en photo des plus belles oasis du Maroc….

1- L’oasis de Tafilalet traversé par l’Oued Ziz

Texte pour malvoyants
Le Tafilalet est un ensemble d’oasis, tout le long des basses vallées des oueds Ziz et Ghéris. Elle correspond actuellement à la province d’Errachidia englobant les villes d’Erfoud, Rissani.

La région a joué un rôle très important dans l’histoire du Maroc aussi bien sur le plan commercial que politique et social.

En effet c’est à Sijilmassa (actuellement la ville Rissani), en 1631 que s’établie la dynastie alaouite. De sa position sur les portes de désert, cette région a eu une position stratégique pour le commerce avec les pays subsahariens depuis le Sénégal jusqu’au Soudan.

Ainsi, lors du règne de Moulay Ismaïl, le commerce de l’or a atteint son summum et dominait à l’échelle mondiale.

Elle est traversée par l’oued Ziz qui a été longtemps été utilisé pour faciliter le transit humain à travers cette région montagneuse.



2- L’oasis de la Gorge de Todgha à Ouarzazate

Texte pour malvoyants

Depuis des générations, l’oasis a nourri les hommes grâce à l’utilisation raisonnable de l’eau. La répartition de l’eau mesurée par le “gadous”, ou sablier hydraulique permettait à chacun d’avoir accès gratuitement à l’eau qui circulait dans toutes les parcelles grâce à un ingénieux réseau d’irrigation.

Il faut savoir que les oasis accaparent 4 % du total des ressources en eau de surface. Aujourd’hui, l’eau est devenue rare et payante. Et le désert rôde prêt à reprendre à l’homme ce que l’homme a construit si durement.



3- Les plaines et les montagnes de l’oasis de Tineghir

Texte pour malvoyants
Tineghir est située dans la vallée du Todgha, sur le Flanc sud du Haut Atlas. C’est une immense oasis s’étendant sur environ 30 km de longueur et coincée entre deux massifs montagneux, s’étendant du sud-ouest au nord-est du Maroc : Le Haut Atlas Central au nord et l’adrar Saghro au sud, qui fait la continuité naturelle vers les montagnes de l’Anti-Atlas.



4- L’Oasis de Fint à 15 km de Ouarzazate

Texte pour malvoyants

Fint, qui signifie « cachée » en berbère, décrit bien cette oasis, bien enclavée sur le seuil des montagnes de l’Anti Atlas, à quelques 12 km au sud de la ville de Ouarzazate.

L’oasis de Fint bénéficie d’un microclimat particulier entretenu par un système d’irrigation (séguias) à ciel ouvert.

Cela a permis l’installation d’une superbe palmeraie sous l’ombrage de laquelle beaucoup d’autres arbres fruitiers et autres cultures sont développés avec succès. toute cette végétation donne à la région un intense contraste de couleurs entre le vert et le noir des roches volcaniques qui encadrent la vallée de Fint.



5- Les oasis de la vallée du Dadès

Texte pour malvoyants

Sur cette route, vous trouverez plusieurs kasbahs. De Ouarzazate à Boulmane de Dadès, vous allez découvrir sur 170 kilomètres un des plus étonnants paysages du Maroc. Une série d’oasis est alimentée par l’oued du Dadès qui traverse un territoire aride, entre le jbel Sarho et le massif du Haut Atlas. Vous trouverez sur cette route les plus fameuses kasbahs dont el Kabbaba, Dar Aïchil, Dar Aït Souss et Amerhidi.



6- Une oasis dans la région de Tata

Texte pour malvoyants


7- Une oasis entre Talouet et Ait Benhaddou

Texte pour malvoyants


8- L’oasis du Ksar Ait Ben Haddou

Texte pour malvoyants

C’est un village qui représente l’architecture traditionnelle type du sud Marocain qui constitue l’habitat traditionnel pré-saharien qu’on appelle Ksar.

Un ensemble de constructions sont regroupées tout autour d’un monticule ou colline sur le sommet duquel est placé un grenier collectif qu’on appelle “Agadir” et dont les pourtours sont fortifiés pour un maximum de protection.

La présence d’une oasis en bas du Ksar était un élément primordial dans le choix du lieu de construction du Ksar.



9- Une oasis dans la vallée du draa dans le désert

Texte pour malvoyants


10- Une autre oasis dans la gorge de Todgha

Texte pour malvoyants

Cette fois-ci, c’est une autre prise de vue de la gorge de Todgha. Plus exactement à l’intérieur des jardins. C’est un endroit incroyable.



11- Une mer de dattiers dans l’oasis de Zagora

Texte pour malvoyants

Les oasis comportent en général différents étages de végétation. Au Maroc, l’étage supérieur est composé de dattiers.

L’étage suivant est composé d’agrumes, de coings, d’oliviers, de bananiers, de grenadiers, de caroubiers, de mûriers et de tamariniers. Puis vient l’étage inférieur qui comporte des buissons, des légumes, et des plantes aromatiques et médicinales.



12- L’oasis de la vallée des roses

Texte pour malvoyants

Vallée des roses est le surnom touristique de la vallée de l’Oued Dadès située dans le sud du Maroc, au pied du Haut-Atlas entre El Kelaa des M’Gouna et Boulmane du Dadès.
longue suite de petits villages et de maisons traditionnelles en terre, dont la richesse se cache dans des jardins.

La rose de Damas, Rosa Damascena, qui résiste au froid et à la sécheresse, aurait été introduite par des pèlerins de retour de la Mecque au X° siècle. Elle est cultivée pour la consommation locale, sous forme d’eau de rose, comme pour l’exportation et l’industrie du parfum, sous forme d’essence et de concrète de roses.



13- Zoom sur les plaines de l’oasis de Tinghir

Texte pour malvoyants


14- Une très belle prise de vue de l’oasis de Fint

Texte pour malvoyants


15- Non ce n’est pas un mirage, mais c’est bel et bien une Kasbah au beau milieu d’une Oasis

Texte pour malvoyants

Sur plus de 230 km, entre Ouarzazate et Goulmima, se succèdent vallées et palmerais, sur les versants desquelles se dressent plus de 1000 Kasbah.

On compte la palmeraie de Skoura, Kelaat Mgouna et ses roses, Tineghir, les gorges du Todhra, mais c’est bien à Boumalne que la vallée du Dadès offre plus de 60 km de merveille.

Des montées et descentes, des boucles et détours et offrent des paysages grandioses et impressionnant sur lesquelles les Kasbah se dressent.



16- L’oasis de la vallée du Drâa

Texte pour malvoyants

Avec plus de 1100 kilomètres de long, l’oued Drâa est le plus long cours d’eau du Maroc. Il naît de la confluence, entre autres, des oueds Dadès et Imini ayant pour sources les montagnes du Haut Atlas aux environs du Mont Toubkal et le Mont Mgoun, à des altitudes entre 3000 et 4000 mètres.

Une de ses caractéristiques est de disparaître sur une longue distance pour ne réapparaître qu’à l’approche de es côtes atlantiques du sud Marocain. Aussi c’est l’un des oueds qui donne les plus mauvaises crues et des inondations très dévastatrices.




À lire aussi: