Les petits commerçants jouent un rôle important dans la dynamisation de l’économie nationale

Le ministre de l’industrie, de l’investissement, du commerce et de l’économie numérique, Moulay Hafid Elalamy, a mis en relief samedi, à Zagora, l’important rôle joué par les petits commerçants dans la dynamisation de l’économie nationale.




M. Elalamy, qui intervenait aux assises régionales sur le commerce, l’industrie et les services à Draâ-Tafilalet organisées à l’initiative de la Chambre de commerce, d’industrie et des services (CCIS) de la région en partenariat avec le ministère de tutelle, a indiqué que 85% des points de vente au Royaume concernent les petits commerçants qui exercent le commerce de proximité et font face à plusieurs problèmes, relatifs notamment à une concurrence féroce avec le gros commerce.

Dans ce cadre, il a souligné que le secteur commercial représente l’un des principaux enjeux nationaux notamment au niveau social à travers la création de postes d’emploi, l’amélioration des conditions sociales des commerçants et au niveau économique étant donné qu’il influence directement le pouvoir d’achat des citoyens.

Dans ce contexte, M. Elalamy a souligné que le ministère a mis en place une stratégie pour le secteur vu que le commerce représente l’un des fondements de l’économie nationale et est le deuxième pourvoyeur d’emplois au Maroc.

Le ministère ne ménagera aucun effort pour soutenir les chambres de commerce, d’industrie et de services, a-t-il soutenu, appelant à appuyer les petits commerçants et moderniser le secteur pour être en mesure de faire face aux défis actuels.

Le président de la CCIS de la région Draâ-Tafilalet, Mohamed Al Ansari, a pour sa part, fait remarquer que ces assises, la première du genre au niveau de la région, s’inscrit dans le cadre d’une série de rencontres régionales similaires initiées par le ministère en préparation aux assises nationales prévues en avril prochain et les assises nationales de la fiscalité prévues en mai prochain.

Il a appelé à la mise en place d’une stratégie pour promouvoir le secteur du commerce interne pour pouvoir accompagner les mutations actuelles, indiquant que la CCIS propose des projets structurants ambitieux tels le projet de création d’un centre des affaires, le complexe commercial à Errachidia et une zone des activités économiques à Zagora.




M. El Ansari a précisé que la CCIS a mené des concertations professionnelles et a organisé des ateliers thématiques avec les différents opérateurs économiques de la région à travers leur représentation et en présence des associations actives dans la région, destinés à diagnostiquer les besoins et à être informés des différents problèmes et obstacles devant les secteurs du commerce, de l’industrie et des services dans la région.

Il a formulé le vœu que ces assises soient sanctionnées par des recommandations pratiques, qui constituent la base d’une stratégie d’émergence économique et de promotion du commerce intérieur, mettant l’accent sur les efforts de la CCIS pour améliorer la compétitivité commerciale et augmenter le rendement à travers le lancement d’un programme de formation professionnelle des commerçants, la création de centres de formation dans les métiers de commerce et les centres d’appui à la comptabilité et le lancement d’une étude de création d’un centre des achats.

Le gouverneur de la province de Zagora, Fouad Hajji, s’est félicité de la tenue de ces assises qui étudient les défis du secteur du commerce, l’industrie et les services dans la région afin de définir les moyens susceptibles de promouvoir ce secteur, rappelant les amendements introduits sur les lois régissant les CCIS à la lumière de la régionalisation avancée, dont le code des élections et le statut des chambres.

Et de relever que les efforts consentis par le ministère constituent un levier essentiel pour réaliser le développement local et contribuer à la promotion de la performance des chambres professionnelles.

Ces assises régionales visaient à étudier le développement du commerce et soutenir le secteur à la lumière des mutations actuelles, rechercher des modèles de développement et d’émergence économique dans les régions oasienne

s et montagneuses et mettre en place une feuille de route pour promouvoir le commerce, un secteur dont la prospérité traduit la dynamique économique.




À lire aussi: