Attentat de Christchurch: une élue française poursuivie pour ‘apologie du terrorisme et incitation au crime’

Catherine Blein, conseillère régionale de Bretagne apparentée à l’extrême droite, a suscité une vague d’indignation sur Twitter après avoir posté un message incitant à la haine pour expliquer le massacre de Christchurch. Le président de la Région a saisi le procureur.




« J’ai engagé une procédure pour saisir le procureur de la République, au titre de l’article 40 du code de procédure pénale, pour incitation au meurtre. Les mots ont un sens. Que chacun assume ses responsabilités dans la République », a tweeté le président.

L’article 40 du code de procédure pénal oblige tout élu à signaler aux autorités des éléments qui pourraient relever du délit.

Catherine Blein, 73 ans, retraitée de l’agriculture, avait écrit le message « tuerie en new zealand: oeil pour oeil… » désormais effacé.






L’Observatoire national contre l’islamophobie, à mandater l’avocate au barreau de Nîmes Khadija Aoudia à déposer une plainte auprès du Procureur de la République contre l’élue « pour apologie du terrorisme et incitation au crime ».

Pour Abdallah Zekri, le président de l’observatoire, « Madame Catherine Blein n’est pas à son premier dérapage  ; lors des élections législatives de 2017, elle fut suspendue par son Parti le RN pour des propos islamophobes en déclarant  : «  Honte à l’Islam qu’il faut éradiquer de notre sol par principe de précaution », estimant qu’il est « incontestable tant par son sens que par sa portée que ce tweet suscite un sentiment d’hostilité et de rejet envers la communauté musulmane ».

Catherine Blein fait déjà l’objet d’une plainte, cette fois-ci de la part du président de la Région Bretagne, Loïc Chesnais-Girard, pour qui « les mots on un sens ; que chacun assume ses responsabilités dans la République », qualifiant les propos incriminés de « honteux, dangereux et scandaleux ».




>> À lire aussi: