Prospection pétrolière : deux géants mondiaux s’allient au Maroc

Qatar Petroleum vient d’annoncer l’acquisition auprès de la société ENI Maroc de 30% du permis d’exploration de Tarfaya. Cette zone offshore est précisément située en face de Sidi Ifni, Tarfya et Tan Tan




Ce permis était détenu depuis fin 2017, par la société ENI Maroc (75%) et l’ONHYM (25%). La nouvelle composition est donc: ENI (45%), Qatar Petroleum (30%), ONHYM (25%).

La société Qatar Petroleum précise que cet accord reste soumis aux autorisations réglementaires des autorités marocaines.

« L’accord est soumis aux approbations réglementaires habituelles du gouvernement marocain. Suite à ces approbations, les partenaires détenant une participation dans le permis d’exploration de Tarfaya seront des sociétés affiliées à ENI (exploitant) avec une participation de 45%, Qatar Petroleum avec une participation de 30% et l’Office national des hydrocarbures et des mines («ONHYM») avec la participation restante de 25% ».

Saad Sherida Al-Kaabi, ministre d’État aux Affaires énergétiques et président et chef de la direction de Qatar Petroleum, a déclaré:

«Cet accord représente un autre jalon important dans la feuille de route de notre partenariat avec ENI, et renforce notre relation à long terme avec le Royaume du Maroc. « 

M. Al-Kaabi a ajouté: «Nous espérons que les efforts d’exploration seront couronnés de succès et nous sommes impatients de collaborer avec nos partenaires ENI et ONHYM. Je voudrais saisir cette occasion pour remercier les autorités marocaines et nos partenaires pour leur soutien. « 

« Cette opportunité s’inscrit dans la stratégie de Qatar Petroleum de se lancer dans des activités d’exploration dans des bassins frontaliers à fort potentiel d’hydrocarbures, alors que nous intensifions nos efforts pour élargir notre portefeuille dans le pays et à l’étranger », a conclu M. Al-Kaabi.

« Le permis d’exploration de Tarfaya couvre une superficie totale d’environ 23.900 km2, par des profondeurs allant jusqu’à 1.000 mètres. La première phase d’exploration se terminant en 2020 comprendra la réalisation d’études géologiques et géophysiques dans le but de définir plus précisément les prospects / prospects potentiels et d’évaluer le plein potentiel des blocs ».




>> À lire aussi: