L’archevêque de Rabat remercie le roi Mohammed VI

La communauté chrétienne au Royaume du Maroc vit sa foi “en toute liberté et dans une ambiance de paix et de fraternité”, a affirmé Mgr Cristóbal López Romero, archevêque de Rabat.




“Nous exprimons notre joie d’être ce que nous sommes des Chrétiens, de pouvoir vivre notre foi au Maroc en toute liberté et dans une ambiance de paix et de fraternité avec le peuple marocain”, a dit M. López Romero dans une déclaration à la MAP.

L’archevêque de Rabat a, dans ce sens, exprimé ses remerciements et ceux des Chrétiens catholiques à Sa Majesté le Roi Mohammed VI, Commandeur des Croyants, de “nous avoir donné l’opportunité de recevoir le Pape François, de vivre en unité avec l’église universelle, de vivre dans la joie et de partager la même foi en un seul Dieu miséricordieux”.

“Nous, les Chrétiens catholiques au Maroc (Eglise catholique), nous exprimons notre contentement d’avoir toute la liberté de culte, toute la liberté pour pratiquer notre religion. Nous remercions SM le Roi, Commandeur des croyants, et le peuple marocain qui nous accueillent”, a-t-il indiqué.

Mgr Cristóbal López Romero a, par ailleurs, émis le souhait que la prochaine visite du Pape François dans le Royaume soit une occasion de démontrer que “nous pouvons vivre ensemble en frères et en sœurs et que nous faisons partie de la même famille”.

Réagissant aux propos qui lui ont été attribués par l’agence de presse française “AFP”, l’archevêque de Rabat a tenu à préciser que les “autres choses qui peuvent apparaître (de ces propos) sont des interprétations”, soulignant qu’”il ne nous revient pas si on doit donner plus de liberté dans un sens ou dans un autre”. C’est le Commandeur des Croyants et le peuple marocain qui doivent décider via la Loi marocaine. Nous n’entrons pas dans ce débat”, a-t-il fait observer.

“C’est la société marocaine elle-même et les autorités (marocaines) qui doivent décider”, a dit l’archevêque de Rabat.

Et Mgr Cristóbal López Romero de réitérer: “Il ne nous revient pas de décider sur des affaires qui correspondent à SM le Roi et au peuple marocain”.




Interrogé sur la question de la migration, évoquée lors de la conférence de presse tenue à Casablanca pour annoncer la prochaine visite du Pape François au Maroc, Mgr López Romero a tenu à saluer les initiatives de Sa Majesté le Roi Mohammed VI et des autorités marocaines pour régulariser beaucoup de migrants, donner accès aux écoles publiques à leurs enfants, et leur assurer les soins médicaux au sein des hôpitaux publics.

“Nous remercions Sa Majesté le Roi et les autorités pour ce qu’ils ont fait et continueront de faire”, a ajouté Mgr López Romero, exprimant la disposition de l’église catholique de collaborer avec les autorités marocaines et la société civile pour assister les migrants les plus démunis, notamment les mineurs non accompagnés, les femmes enceintes ou avec des enfants et les malades.

L’archevêque de Rabat a, en outre, fait observer que la problématique de la migration concerne à la fois les pays d’accueil, de transit et d’origine, exhortant, par la même occasion, tous ces pays à faire de leur mieux pour que tous les migrants puissent jouir de leurs droits.

Et d’ajouter qu’il n’appartient pas aux évêques de présenter de plaidoyer. “Nous faisons la charité, nous accomplissons notre tache d’accueillir les personnes et nous voulons travailler avec la société civile et les autorités pour mieux atteindre et aider les personnes démunies”, a-t-il dit.

“En tant qu’église, nous sommes appelés à prendre soins des personnes qui sont en détresse, dont les migrants. C’est pour cela que nous avons fondé des Centres d’accueil à Tanger, Rabat, Casablanca, à Meknès, à Oujda et à Fès”, a précisé Mgr Cristóbal López Romero.




>> À lire aussi: