Amzazi: « Le système de contractualisation est un choix stratégique irréversible »

Le ministre en charge de l’éducation nationale et de l’enseignement, Said Amzazi a clarifié la position du gouvernement au sujet du régime contractuel des enseignants qui multiplient les protestations. Lors d’un point presse, il a affirmé que le contrat sera maintenu et qu’aucun dialogue ne sera engagé avec la coordination des enseignants.




« Le régime contractuel est un choix stratégique irréversible de la part du gouvernement », a déclaré le ministre.

Pour Amzazi, le système de contractualisation permet « un équilibre social et professionnel, vu que ce sont les professeurs qui choisissent les régions où ils désirent travailler ».

Le ministre a, par ailleurs, fait savoir que son département « ne voit aucun inconvénient à réviser certaines clauses des contrats », de même qu’il est disposé à « bannir » l’appellation de contractuel.

Il s’agit (régime contractuel) d’un choix stratégique pour le gouvernement, intervenu suite à un accord entre le ministère de l’éducation nationale et celui des finances, et qui s’inscrit dans le cadre de la régionalisation et de la justice territoriale.

Lors de cette rencontre avec la presse, à laquelle a également pris part le porte-parole du gouvernement, Mustapha El Khalfi, Amzazi a affirmé que « aussi bien les enseignants titulaires que les contractuels jouissent des mêmes droits », réfutant l’idée que le contrat ait été imposé à qui que ce soit.

Et d’ajouter que ce régime « a permis d’employer 70.000 personnes en l’espace de 3 ans, au moment où les établissements scolaires pâtissaient d’un surplus de contractuels et d’un manque de postes pour pourvoir les places vacantes ».

L’objectif maintenant est de parvenir à un professeur pour 30 élèves dans le primaires, et 34 dans le secondaire, a conclu le ministre.




>> À lire aussi: