Divulgation d’informations confidentielles: le Parquet exige de lourde peine contre 4 journalistes et un député

Le parquet de Rabat a requis, mercredi, l’application stricte de la loi dans le cadre du procès à l’encontre de quatre journalistes et du Conseiller de la Confédération démocratique du travail (CDT) Abdelhak Hissane pour avoir divulgué des informations confidentielles.




Le procureur n’a pas précisé les peines, toutefois, les mis en cause, les journaliste Mohamed Ahaddad (Al Massae), Abdelhak Belachgar (Akhbar Al Yaoum), Kaoutar Zaki et Abdelilah Sakhir (Aljarida24), ainsi que Abdelhak Hissane, membre de la Chambre des conseillers risquent jusqu’à cinq ans de prison pour divulgation d’informations confidentielles.

L’affaire remonte à octobre 2016 quand Abdelillah Benkirane, l’ancien chef du gouvernement, avait été auditionné sur la situation des caisses de retraite, c’est le président de la commission parlementaire sur les retraites, Aziz Benazouz, qui avait demandé au président de la Chambre des conseillers, Hakim Benchamach, d’ouvrir une enquête sur la fuite d’informations relatives au travail de la commission d’enquête sur les retraites à la Chambre des conseillers.

Selon la page Facebook du journaliste Mohammed Ahaddad, le procureur près du tribunal de première instance de Rabat a exigé lors de sa plaidoirie à de la prison ferme à l’encontre des quatre journalistes et du député considérant que les rapports du président de la Chambre des conseillers et du président du groupe parlementaire du PAM constituent des preuves accablantes.






Par ailleurs, les journalistes sont poursuivis pour «publication d’informations concernant une commission d’enquête parlementaire» sur les retraites. Quant à Abdelhak Hissane, le syndicaliste de la CDT est accusé de «divulgation du secret professionnel et participation dans la publication d’informations confidentielles relatives à la commission d’enquête». La Cour a décidé de reporter le procès au 6 mars prochain pour permettre à la défense de préparer ses plaidoiries avant de mettre le verdict en délibéré.




>> À lire aussi: