France: Du matériel médical destiné au Maroc jeté en déchetterie

Une dizaine de lits, deux déambulateurs, des tables d’hôpitaux et des béquilles étaient stockés dans un bâtiment communal en vue d’être acheminé dans des régions reculées au Maroc, dans le cadre d’actions caritatives. Le matériel médical a été conduit à la déchetterie , à Vimoutiers (Basse-Normandie).




Hakim Miftah, président de l’association des musulmans de Vimoutiers et de l’Union régionale des mosquées de France, consterné a déclaré « ne pas comprendre comment des matériels médicaux collectés et parfois achetés par nos soins, stockés dans un bâtiment par la ville, depuis deux à trois ans ont été jetés et mis en déchetterie alors même qu’aucune information préalable n’a été faite auprès de l’association ».

« Depuis plusieurs années nous emmenons des ambulances avec des matériels médicaux dans des régions reculées du Maroc. On se débrouille pour les récupérer auprès des maisons de retraite, des cliniques, des hôpitaux. Nous avons un convoi en partance de Vimoutiers, lundi 25 février. Dans cette perspective, j’ai pris contact lundi 18 février avec l’un des responsables des services techniques de la ville pour convenir d’un rendez-vous, vendredi 22 février, afin de prendre trois lits médicalisés pour les acheminer jusqu’au Maroc. Il m’a répondu : ok » poursuit Hakim Miftah.

Mais vendredi dernier, le président de l’association reçoit un SMS du maire, Guy Romain l’informant que « dans l’obligation de libérer le local où ils étaient entreposés en zone industrielle, les lits et autres matériels ont été mis à la déchetterie. J’en suis désolé mais il est trop tard pour les récupérer car c’était il y a un mois ».

« J’ai dû le relire à trois reprises, tant j’étais stupéfait ! S’il fallait libérer le local, pourquoi n’en a-t-on pas été informés ? Alors que l’association du Musée du camembert a reçu pour sa part un courrier de la mairie lui demandant de reprendre son matériel. C’est incompréhensible et ce n’est pas normal » s’indigne Hakim Miftah.

Dans une déclaration au site actu.fr, le maire reconnaissant son erreur a affirmé que « Le bâtiment où ces matériels étaient stockés, sera détruit par la Cdc des VAM. Il nous a été demandé de tout retirer et j’ai donné l’ordre que tout soit évacué. Ces matériels que nous stockons depuis au moins sept ans, ont été mis à la ferraille ou en déchetterie. C’est quelque chose que je déplore car je suis tout autant mis devant le fait accompli de cette erreur des services. Mais puisque c’est moi qui ai demandé que ce bâtiment soit évacué, j’en endosse et j’en assume la responsabilité (…) qu’ayant de bonnes relations dans le milieu hospitalier je vais tâcher de trouver des lits médicalisés d’occasions pour compenser « .




>> À lire aussi: