Le système de la protection sociale au Maroc reste « incomplet, limité et vulnérable »

Le système de la protection sociale au Maroc reste « incomplet, limité et vulnérable », a estimé mercredi à Rabat le président du Conseil économique, social et environnemental (CESE), Ahmed Reda Chami.




Intervenant à l’ouverture de la 4ème édition du forum parlementaire sur la justice sociale, organisé par la Chambre des conseillers, sous le haut patronage du Roi Mohammed VI, M. Reda Chami a indiqué que 60 % de la population active ne sont pas couverts par un régime de pension et 46 % ne bénéficient pas d’une couverture médicale.

M. Chami a également relevé qu’une minorité de salariés du secteur privé bénéficie d’une assurance contre les accidents du travail et les maladies professionnelles, sans oublier l’absence d’un régime dédié à la protection sociale de l’enfance, des personnes en situation de chômage et des personnes en situation de handicap.

Face à ce constat, souligne M. Chami, le conseil sur la base d’un rapport élaboré en mars dernier sur la Protection sociale au Maroc appelle à une réforme structurelle de ce régime de manière à surmonter les difficultés constatées et garantir aux citoyens une couverture sociale adéquate et pérenne.

Le CESE recommande aussi la mise en place d’une protection sociale pour l’enfance et les personnes en situation de chômage et de handicap, ainsi qu’une autre protection contre les accidents du travail et les maladies professionnelles.

Le Conseil propose en outre l’harmonisation des régimes obligatoires d’assurance-maladie de base, notamment au niveau des paniers de soins, des taux de couverture et des taux de cotisation avec comme objectif la mise en place d’un régime national universel de base.

Il propose aussi l’actualisation de la tarification nationale de référence pour le remboursement et la prise en charge des prestations en appui sur un processus actif, public et transparent de dialogue et de conventionnement avec les organisations représentatives des praticiens et des fournisseurs d’équipements et de médicaments.




>> À lire aussi: