Belgique: Adam, 12 ans, ligoté, dénudé et violenté à la récréation

Ce mercredi matin, les médias belges faisaient état d’un cas de harcèlement scolaire grave dans une école néerlandophone de Saint-Gilles.




Un enfant, âgé de 12 ans, a été violenté par ses camardes. Il aurait été ligoté à l’aide d’une corde à sauter puis a été dénudé et frappé au visage en pleine cour de récréation.

Ses parents ont porté plainte à la police à la suite de ces faits et dénoncent également l’inaction de la direction de l’école: “Ce n’est pas normal que ça se passe dans une cour de récréation où il y a des éducateurs. Durant tout le temps de midi, personne n’a réagi”, s’indigne Chaima, la mère de l’enfant.

Selon DH.be, Adam a été ligoté à un poteau, deux enfants ont tenté de l’aider, mais en vain. Ils ont donc été prévenir les éducateurs. “Deux profs ont dû détacher mon fils avec des ciseaux, tellement les élèves avaient serré la corde à sauter. Ensuite, personne ne m’a appelée. Adam était tellement choqué qu’il a vomi dans les toilettes pendant l’après-midi. On lui a juste donné de la glace pour son poignet qui lui faisait mal. C’est tout.” déplore-t-elle.

“La directrice m’a dit qu’elle comprenait que je sois choquée par ce qui était arrivé à mon fils et que c’est normal que j’aille porter plainte à la police. Je le fais pour que ça n’arrive plus, ni à Adam ni à aucun autre élève » explique la mère.

Dans un communiqué publié mercredi après-midi, le Scholengroep Brussel, la direction de l’établissement a déclaré que “ce qui s’est passé lundi concorde avec ce que l’on appelle les défis en ligne, un jeu dans lesquels les jeunes se lancent des défis audacieux (…)“. Selon eux, le jeune aurait pu être “ligoté” à sa propre demande. Le pouvoir organisateur appelle ainsi à remettre les faits dans leur contexte. Ils expliquent par ailleurs que l’enfant n’a pas été “dénudé”.

“L’incident n’a duré que quelques minutes et le coordinateur de l’école a été alerté immédiatement“, précise le communiqué ajoutant que « les parents des élèves qui ont participé aux faits ont également été alertés ».




À lire aussi: