Sanctions US: L’Iran lance sa propre cryptomonnaie basée sur l’or

Les autorités iraniennes en coopération avec quatre banques nationales et la société Goghnoos ont présenté une cryptomonnaie basée sur l’or: la PayMon. Et ce, afin de sauver son économie face aux sanctions économiques imposées par les États-Unis dont fait l’objet le pays.




Le cours de cette monnaie virtuelle dépend de la valeur de l’or, et servira à la réalisation de transactions économiques entre les banques et les institutions iraniennes dans un premier temps, avant qu’elle ne soit disponible pour un plus grand usage auprès des citoyens.

Le lancement de cette cryptomonnaie a été développée par la Ghoghnoos Company en étroite collaboration avec quatre banques opérant dans le pays, à savoir: la Parsian Bank, Bank Pasargad, Bank Mellat et Bank Melli Iran.

Par ailleurs, il est attendu à ce que le PayMon soit introduit dans la bourse iranienne prochainement (Fara Bourse OTC). Cela signifie que les utilisateurs pourront effectuer des transactions en utilisant la devise numérique ainsi qu’échanger si, pour d’autres devises fiduciaires, via la plateforme en toute sécurité.

Son introduction sur le marché international dépendra pleinement de la législation et des accords conclus avec les pays qui seront intéressés par des échanges économiques avec l’Iran.

De ce fait, l’Iran négocie actuellement avec l’Afrique du Sud, l’Allemagne, la Russie, l’Autriche, la France, le Royaume-Uni et la Bosnie

Contrairement à d’autres cryptomonnaies, notamment le Bitcoin, le PayMon sera réservé à l’Iran. De plus, cette monnaie répond avant tout à un besoin spécifique, notamment le repli de la valeur de la monnaie nationale, le rial iranien, dévalorisé par les sanctions des USA. C’est dans ce sens que le pays a levé l’interdiction sur le Bitcoin, et lançant sa monnaie virtuelle basée sur l’or. Le Paymon sera ainsi disponible au sein de bureaux créés spécialement pour sa mise en circulation sur le marché iranien.

Pour ce qui est de la sécurité des transactions, celle-ci sera assurée par Ghoghnoos, dans la mesure où des identifications des clients seront effectuées à travers le système KYC (Know Your Client), qui vise à déterminer l’identité de chaque intéressé, avant d’effectuer une quelconque opération.

Il est à noter que l’Iran n’est pas le seul pays à avoir lancé une monnaie du genre. En 2018, le Venezuela avait lancé le Petro, dont l’objectif était de donner un second souffle à l’économie du pays, impactée par les sanctions des USA aussi. Contrairement au PayMon, le Petro est basé sur le baril de pétrole vénézuélien.




>> À lire aussi: