Le chantier de dématérialisation des procédures douanières présenté aux conseillers économiques

Le directeur général de l’Administration des Douanes et Impôts Indirects (ADII) Nabyl Lakhdar a présenté, jeudi à Rabat, aux conseillers économiques auprès des ambassades accréditées dans le Royaume l’expérience marocaine en matière de dématérialisation et de simplification des procédures douanières.




Le chantier de digitalisation et de numérisation est au cœur de la stratégie de l’ADII, a-t-il indiqué lors de cette rencontre, invitant les conseillers économiques à partager leurs savoirs et expériences avec les entreprises et les administrations douanières de leur pays respectif dans une perspective de partenariat et de coopération.

Après avoir passé en revue les principales réalisations de l’ADII en 2018, notamment la suppression des dépôts physiques des déclarations en douane et l’incitation aux déclarations électroniques, M. Lakhdar a relevé que l’action de l’Administration en faveur de la modernisation se poursuit en 2019 et ce, à travers la refonte du code des douanes, datant de l’année 2000, à l’aune du chantier de dématérialisation entamé par les administrations marocaines.

Il a salué, à cet égard, la mise en place de la brigade nationale des douanes, entité dédiée au contrôle et à la lutte contre la contrebande au Maroc et qui vise à instaurer un environnement de concurrence loyale.

Pour sa part, la directrice de la promotion et de la coopération économiques au sein du ministère des Affaires Étrangères et de la Coopération Internationale, Mme Soraya Jabry, a fait savoir que le Maroc s’est engagé sur la voie de réformes, notamment sur les plans législatif, réglementaire et institutionnel lui permettant ainsi d’améliorer son climat des affaires et de promouvoir les opportunités d’investissement étrangers dans différents domaines.




Le Maroc figure au 60ème rang du classement « Doing Business 2019 » et a amélioré son classement de 37 places durant les 7 dernières années, grâce à ses efforts visant à mettre en place une administration moderne au service de l’investisseur et de l’entrepreneur et à faire correspondre les textes réglementaires aux normes et standards internationaux, a-t-elle relevé.

Mettant l’accent sur la politique de libéralisation et d’ouverture économique au Maroc, elle a souligné l’importance de la diplomatie économique prônée par le Royaume et qui est renforcée par un réseau à l’étranger de plus de 160 missions diplomatiques et consulaires.

S’étalant sur deux jours (jeudi et vendredi), ce cycle de rencontres au profit des conseillers économiques des représentations diplomatiques accréditées dans le Royaume organisé par l’ADII en partenariat avec le ministère des Affaires Étrangères et de la Coopération Internationale, s’inscrit dans le cadre de la politique d’ouverture de la douane sur son environnement économique et institutionnel, en particulier à l’international, conformément à son rôle en faveur de la facilitation du commerce et sa contribution à l’amélioration du climat des affaires et à l’encouragement des investissements.

Ces rencontres, qui se veulent un espace d’information et d’échange, verront la participation de plus d’une soixantaine de pays. Elles constituent l’occasion pour l’Administration des douanes de décliner sa stratégie, ses projets et mesures phares et permettront aux responsables chargés des affaires économiques et commerciales au sein des ambassades de dialoguer ouvertement avec les responsables douaniers sur les questions d’intérêt commun.




À lire aussi: