Le parlement arabe salue les efforts de SM le Roi pour la défense de la cause palestinienne

Le parlement arabe a salué, samedi, les efforts de SM le Roi Mohammed VI, président du Comité Al-Qods, pour la défense des droits du peuple palestinien et le triomphe de ses causes.




Dans un communiqué sanctionnant une conférence des leaders arabes de haut niveau, tenue au Caire, le parlement arabe a loué les initiatives entreprises par le Maroc, sous la conduite de SM le Roi, en soutien au peuple palestinien.

Le communiqué a, par ailleurs, mis en avant la centralité de la cause palestinienne et de l’identité arabe d’Al Qods occupée.

Le parlement arabe a également souligné la nécessité de faire valoir « l’esprit et la lettre » de l’initiative arabe de paix ainsi que tous les accords à même de déboucher sur l’établissement d’un Etat palestinien souverain sur les frontières du 4 juin 1967 et avec Al Qods-Est comme capitale.

Le communiqué final a, d’autre part, rejeté ce que d’aucuns appellent la « transaction du siècle », laquelle sape le principe de deux Etats sur les frontières de 1967 en faveur de l’option d’un seul Etat (Apartheid).

En outre, le parlement arabe s’inscrit en faux contre les décisions du président américain Donald Trump de reconnaître Al Qods comme capitale d’Israel, d’y transférer l’ambassade US et de supprimer l’aide financière américaine à l’UNRWA (l’Office de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient).

Le communiqué final rejette également les décisions du président Trump visant à légaliser la colonisation israélienne et à récompenser le terrorisme d’Etat auquel se prête Israel contre le peuple palestinien désarmé.




Un appel a été ainsi lancé pour la conjugaison de tous les efforts arabes, officiels et populaires, en soutien au peuple palestinien pour qu’il puisse obtenir la reconnaissance de son Etat indépendant ainsi que le droit de retour.

Un document appelé le « document arabe pour promouvoir la solidarité interarabe » a été ainsi élaboré en vue de le soumettre à l’appréciation du Sommet de la Ligue arabe qui se tiendra en mars prochain en Tunisie.

Cette conférence de haut niveau s’est déroulée en présence de plusieurs personnalités politiques, notamment le ministre des affaires du Cabinet du Royaume de Bahreïn, Mohammed Ibrahim Al Mutawa, l’ancien secrétaire général de la ligue arabe, Amr Moussa, le secrétaire général du Comité exécutif de l’organisation de libération de la Palestine et négociateur en chef palestinien, Saeb Erekat et la présidente du centre des Emirats pour les politiques, Mme Ibtissam El Kotbi.

Étaient également présents à ce conclave, l’ancien président libanais, Amine Gemayel, de SAR le Prince Turki Al Fayçal, président du conseil d’administration du centre Roi Fayçal des recherches et études islamiques, Iyad Allaoui, ancien premier ministre irakien, Mahmoud Jibril, ancien premier ministre libyen et El Habib Essid, ancien premier ministre de la Tunisie.

La tenue de cette conférence de haut niveau est dictée, selon le Parlement arabe, par la gravité de l’étape actuelle et les défis colossaux que doivent relever les sociétés et Etats arabes, requérant de renforcer la solidarité, de resserrer les rangs arabes et d’apporter des solutions aux différends interarabes, dans l’optique de préserver un climat de sécurité et de stabilité et de servir la cause du développement régional.




À lire aussi:










%d blogueurs aiment cette page :