Grippe saisonnière: la situation épidémiologique ne diffère pas de celle des années précédentes

La situation épidémiologique de la grippe saisonnière ne diffère pas de celle des années précédentes, a réaffirmé lundi à Rabat le ministre de la Santé, Anass Doukkali.




En réponse à une question centrale sur les mesures prises pour endiguer le virus de l’influenza à la Chambre des représentants, le ministre a précisé que les analyses effectuées sur 656 échantillons jusqu’au 1er février 2019 ont révélé que sur 20% des personnes présentant des symptômes de grippaux ou d’infections respiratoires, 80% sont atteintes de grippe saisonnière de type A (H1N1).

Faisant part de ses regrets suite au décès de 11 personnes des suites d’infection respiratoire aigüe sévère à Casablanca, à Tanger, Rabat, Fès, Tantan et Azilal, M. Doukkali a relevé que les cas de décès ont été enregistrés chez des personnes à haut risque sanitaire, eu égard à des facteurs de risque liés à l’âge, au traitement d’une maladie chronique ou à la grossesse.

Le système de surveillance de l’influenza a débuté en 2004 lorsque le ministère de la Santé avait mis en place un système de surveillance de la grippe saisonnière, a-t-il rappelé, notant que 375 centres sont chargés de la surveillance de la tendance du virus qui reste « normale » et ne diffère pas des années précédentes.

L’opération de surveillance épidémiologique se poursuit dans huit centres et hôpitaux nationaux et à travers un réseau de cabinets médicaux, sachant que les analyses sont effectuées au niveau du laboratoire national de référence en matière d’influenza, en collaboration avec l’Organisation mondiale de la santé. Il a dans ce contexte souligné l’importance des mesures préventives et celles liées au traitement à travers, en particulier, le renforcement du programme Riaya dédié aux zones rurales et à la fourniture de médicaments, tout en mettant l’accent sur la campagne de sensibilisation entamée au début de l’année.

M. Doukkali a en outre insisté sur l’adoption de comportements préventifs qui consistent essentiellement à se laver les mains régulièrement, à réduire le contact avec les patients atteints de grippe, et à utiliser des mouchoirs jetables. Le ministère, a-t-il dit, recommande aux personnes vulnérables que sont les personnes âgées ou atteintes de maladies chroniques ainsi que les femmes enceintes, de se faire vacciner contre la grippe.




>> À lire aussi: