Les Etats-Unis annoncent leur retrait du traité de désarmement avec la Russie

Le président américain Donald Trump a annoncé vendredi le retrait des Etats-Unis du Traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire (INF) signé en 1987 entre Washington et Moscou dans le cadre l’apaisement ayant précédé la fin de la Guerre Froide.




Dans un communiqué diffusé par la Maison Blanche, le président Trump explique que « les Etats-Unis vont suspendre leurs obligations sous l’INF et commencer le processus de retrait de ce traité qui sera complété dans 6 mois à moins que la Russie ne retourne à la conformité en détruisant tous ses missiles, lanceurs et équipements associés » qui violent le traité.

« Nos alliés de l’Otan nous soutiennent », a souligné le Locataire de la Maison Blanche, notant qu’ils comprennent la menace posée par « les violations de la Russie » et les risques au contrôle d’armements que constitue le fait d’ignorer les violations du traité.

Le président américain a ajouté que « depuis trop longtemps, la Russie a violé l’INF avec impunité, en développant en secret et en déployant un système de missiles prohibé qui constitue une menace directe pour nos alliés et nos troupes à l’étranger ». Les Etats-Unis ont « totalement adhéré au traité de l’INF depuis plus de 30 ans, mais nous n’allons pas rester enchainés par ses termes pendants que la Russie donne une fausse image de ses actions », a-t-il dit.

« Nous ne pouvons être le seul pays au monde à être unilatéralement lié à ce traité », a poursuivi M. Trump, prévenant que les Etats-Unis comptent « aller de l’avant » en développant leurs propres « options de réponse militaire » en travaillant avec l’Otan, ses alliés et partenaires afin de priver la Russie de tout avantage militaire issue de son « comportement illégal ».

M. Trump a relevé qu’il était prêt à entamer des négociations avec la Russie sur le contrôle d’armes en vue de développer, « pour la première fois, une excellente relation économique, commerciale, politique et militaire ».

« Ce serait une chose fantastique pour la Russie et les Etats-Unis, et également pour le monde entier », a-t-il conclu.




À lire aussi: