Terrorisme : en fuite depuis trois ans, un Français arrêté au Maroc

Un ressortissant français a été interpellé le 28 janvier dernier au Maroc. En fuite depuis 3 ans, il faisait l’objet d’un mandat d’arrêt international et devait être incarcéré pour apologie du terrorisme rapporte le site Objectif Gard, 




Les autorités marocaines ont procédé à l’interpellation un ressortissant français originaire de Nîmes, recherché depuis trois ans et faisait l’objet d’un mandat d’arrêt international. Ce dernier avait pris la fuite alors que la Cour d’Appel de Nîmes avait décidé de son incarcération en 2015 pour « apologie directe et publique du terrorisme et participation à une association de malfaiteurs ».

En novembre 2015, le préfet du Gard avait demandé la perquisition administrative aux domiciles de personnes suspectées de « radicalisation », dont le mis en cause, un homme de 33 ans. Dans son appartement, 67 drapeaux qui feraient l’apologie du terrorisme aurait été retrouvés.

L’homme qui était dans le viseur des services de sécurité aurait essayé d’enrôler des jeunes près des moquées du Chemin bas d’Avignon, du mas de Mingue, de Pissevin et dans des lieux de rassemblement de fidèles.

Après l’enquête, il aurait été en relation avec des « futurs terroristes » et avec certaines personnes parties en Syrie. Il disposait de la carte d’identité d’un jeune originaire de la Seine-Saint-Denis, parti au combat.

Selon la même source, ce nîmois avait en sa possession une réplique de Kalachnikov et ne travaille pas depuis 8 ans. Il voyageait beaucoup malgré de faibles revenus tirés du RSA. Il aurait également visité une quarantaine de pays et dans son répertoire téléphonique, de nombreuses personnes en lien avec le terrorisme.

Mis en examen par un juge d’instruction en novembre 2015, le nîmois avait alors pris la fuite et restait introuvable. En son absence, il a été condamné le 14 décembre dernier à trois ans de prison ferme.

Interpellé par les autorités marocaines, il attend son transfert à Nîmes depuis le Maroc, puisque des accords internationaux existent entre les deux pays. On ignore cependant s’il se trouve au Maroc depuis cette date ou il était simplement de passage.




>> À lire aussi: