Les défis sécuritaires en Méditerranée nécessitent la consolidation de la coopération de l’OTAN

Les défis sécuritaires persistants en Méditerranée nécessitent la consolidation de la coopération de l’Organisation du traité de l’Atlantique nord (OTAN) avec la rive Sud, laquelle ne doit pas être considérée seulement comme origines de menaces, mais aussi comme source de progrès et de développement économique, a indiqué, mardi à Rabat, le ministre délégué auprès du Chef du gouvernement, chargé de l’Administration de la défense nationale, M. Abdellatif Loudiyi.




S’exprimant lors de la séance de clôture d’un séminaire sur les « 25 ans de coopération entre le Maroc et l’OTAN dans le cadre du dialogue méditerranéen: Bilan et perspectives d’avenir », M. Loudiyi s’est dit convaincu que la stabilité de l’espace méditerranéen est indivisible, que les efforts doivent être soutenus et collectifs, et que la sécurité du Nord de la méditerranée demeure intimement liée à celle de sa rive Sud.

Les défis sécuritaires auxquelles la région est confrontée impliquent nécessairement de se projeter dans des perspectives de coopération plus approfondies dans le cadre du dialogue méditerranéen, a t-il souligné, affirmant que ce dialogue qui « s’est toujours voulu un instrument évolutif et flexible » peut s’adapter aux évolutions engendrées par les réalités sécuritaires dans la région de la Méditerranée, afin de mieux répondre aux attentes respectives.

En outre, M. Loudiy a appelé à « imaginer ensemble » les voies et moyens à même de permettre un meilleur engagement de l’OTAN vers le Sud, tout en gardant constamment à l’esprit que la « redynamisation du dialogue méditerranéen passe par l’adaptation des moyens à mettre en oeuvre avec les objectifs poursuivis, et ce à travers l’intensification non seulement du dialogue politique, mais également de la coopération pratique, notamment dans le domaine opérationnel et de renforcement des capacités.

« Le Maroc, qui est considéré par l’Alliance comme un interlocuteur fiable, un acteur actif et un partenaire crédible, a constamment soutenu le Dialogue méditerranéen et appelé à son renforcement, en tant qu’instrument approprié de coopération pouvant contribuer significativement à la consolidation des efforts déployés pour faire de la Méditerranée un espace de paix, de sécurité et de prospérité partagée », a t-il dit.

Par ailleurs, le ministre a souligné la nécessité de développer la coopération et de renforcer les capacités dans le domaine de cybersécurité, vu la multiplication des cybermenaces, appelant à une « vigilance commune de tous temps et des réponses collectives et concertées à la menace terroriste qui continue de constituer un défis majeur pour la sécurité collective ».




S’agissant de la coopération Maroc-OTAN, le ministre a affirmé que, depuis 1995, cette coopération n’a cessé « de se développer et de se diversifier », qualifiant le partenariat Maroc-OTAN de « dynamique » que les deux parties ont su entretenir et développer progressivement, dans un esprit de dialogue et de compréhension mutuelle.

« Le chemin parcouru tout au long de ces années et les avancées réalisées dénotent de la pertinence de la démarche pragmatique adoptée, présentant la souplesse et l’agilité nécessaire à la mise en adéquation des centres d’intérêts nationaux avec les objectifs conjointement poursuivis » a t-il noté, relevant que la dynamique enclenchée témoigne de la volonté constante du Royaume d’aller de l’avant dans le renforcement des liens bilatéraux de coopération avec l’OTAN.

M. Loudiy a également souligné l’engagement ferme du Royaume, sous la conduite éclairée de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, à déployer les efforts nécessaires pour lutter contre le terrorisme, le crime organisé et les trafics transfrontaliers illicites de tous genres et à contribuer sous différentes formes à la gestion de la crise migratoire.

Pou sa part, le Secrétaire général adjoint de l’OTAN, chargé des affaires politiques et de la politique de sécurité, Alejandro Alvargonzalez, s’est félicité du « bilan positif et des échanges directs et francs » lors de ce séminaire, mettant l’accent sur la nécessité de la concertation conjointe et d’une approche coopérative de la sécurité afin de faire face aux divers enjeux et défis sécuritaires.

Il a également mis en exergue la pertinence du dialogue méditerranéen en tant que cadre important pour « relever ensemble des défis communs dans une région où l’interdépendance en matière de sécurité est plus forte que jamais ».

Ce séminaire, qui célèbre le 25ème anniversaire du lancement du dialogue méditerranéen entre le Maroc et l’Otan, a été marqué par la participation d’éminentes personnalités issues des corps diplomatiques, politiques et militaires, ainsi que de chercheurs et de représentants de la société civile.




>> À lire aussi: