140 détenus morts en prison en 2018, selon l’AMDH

L’Association marocaine des droits de l’homme (AMDH) a rendu publics des chiffres sur le nombre de prisonniers morts en cours de détention en 2018.




Selon Al Massae, l’AMDH a indiqué que le nombre de personnes décédées dans les prisons marocaines a atteint 140 détenus en 2018. Soulignant le phénomène de surpopulation carcérale comme une grande problématique avec environ 82.989 personnes détenues ce qui a un impact négatif sur les conditions de détention et la santé des prisonniers ainsi que le niveau des services qui leur sont présentés, s’inquiète l’AMDH.

L’AMDH a également tiré la sonnette d’alarme en matière de détention préventive qui représentent aujourd’hui 41.5% de l’ensemble de la population carcérale au Maroc et constitue un grave problème selon la même source.

Par ailleurs, l’association aurait observé plusieurs agissements « contraires à la dignité des détenus et non conformes à la loi 23/98 relative à l’organisation et au fonctionnement des établissements pénitentiaires », dont les grèves de la faim pour protester contre cette atteinte à leurs droits. Ce qui nuit gravement à leur santé.

Devant cette situation, et dans le cadre de la poursuite de ces efforts pour remédier au phénomène de la surpopulation carcérale et améliorer les conditions de détention des prisonniers, la DGAPR a construis plusieurs prisons et d’autres sont en cours de construction, notamment El Arjat 2, Tanger 2, Berkane, Nador, Es-Smara, Tan-Tan, Assilah et Oujda…




De plus, le ministre de la Justice, Mohamed Aujjar avait déclaré que son département s’attelait à « développer des mesures alternatives à la détention préventive et aux peines privatives de liberté ». Ainsi, souligne-t-il, « ce projet considère la détention préventive comme mesure exceptionnelle dont le recours n’est possible qu’une fois les autres alternatives demeurent inapplicables ou si la comparution en état de liberté risque d’influencer le cours du procès ».

>> À lire aussi: