L’école marocaine s’ouvre sur le modèle anglais

« L’école marocaine ambitionne de s’ouvrir sur le modèle anglais pour diversifier l’offre nationale en matière d’éducation », indiqué, lundi à Londres, le ministre de l’Éducation nationale, Said Amzazi.




Il ne s’agit pas d’un changement du modèle francophone vers le modèle anglo-saxon, mais d’ «un clivage vers une nouvelle orientation » du système marocain dans le but de « diversifier l’offre » en matière d’éducation et d’ « offrir aux lauréats des universités marocaines l’opportunité de poursuivre leurs études dans des écoles britanniques », a expliqué M. Amzazi dans un entretien à la MAP, à l’issue d’une entrevue avec le ministre d’Etat britannique chargé du Moyen Orient au ministère des Affaires étrangères et du Commonwealth, Alistair Burt, dans le cadre de sa participation au Forum mondial de l’éducation (20-23 janvier).

Le ministre a également expliqué que le département de l’enseignement supérieur œuvre pour développer une nouvelle architecture de la licence qui tend vers le modèle anglo-saxon, en substituant le système de licence actuel par un « bachelor ».




Les entretiens avec M. Burt, qui se sont déroulés en présence du Directeur de l’Institut culturel britannique British Council, John Mitchell et du Secrétaire d’Etat, chargé de la formation professionnelle, Mohamed Rherras, ont permis d’échanger autour des moyens d’accompagner le ministère de l’Education nationale marocain pour la formation des formateurs dans la langue anglaise, notamment dans des disciplines scientifiques, telles que les mathématiques, la physique et la chimie, a affirmé M. Amzazi.

Lors de ces entretiens, M. Burt a souligné la nécessité d’ouvrir aux étudiants marocains l’opportunité de poursuivre leurs études dans des universités britanniques et d’encourager les échanges universitaires entre les deux pays, a-t-il ajouté.

De son côté, le Directeur du British Council a confirmé sa volonté d’entamer prochainement ce projet de formation linguistique des enseignants qui dispensent les matières scientifiques en arabe actuellement, et ce dans la perspective de l’adoption au Maroc d’une nouvelle loi, qui permettra d’enseigner ces matières scientifiques dans des langues étrangères.

Interrogé sur les projets de coopération prévus entre les deux pays en matière de l’éducation, M. Amzazi révèle que trois projets  » concrets » auront lieu très prochainement.




Le premier projet porte sur la mise en place du programme de formation en langue anglaise au profit de quatre-vingt mille enseignants dans des disciplines non linguistiques, tandis que le deuxième porte sur l’élargissement du réseau de l’enseignement anglo-saxon au Maroc, notamment après l’ouverture de la première école britannique à Marrakech en septembre prochain, dans le cadre d’un accord scellé récemment entre le ministère des Affaires étrangères marocain et son homologue britannique.

Le 3ème projet, a ajouté M. Amzazi porte sur la visite des présidents d’universités marocaines au Royaume-Uni pour renouveler des conventions signées par leurs prédécesseurs en vue de redynamiser la coopération bilatérale entre les universités des deux pays.

Ces visites porteront notamment sur le renforcement de la mobilité des étudiants et des enseignants entre les deux pays et le développement de projets de recherche entre le Maroc et l’Angleterre, a-t-il ajouté, faisant savoir qu’un mémorandum d’entente a été conclu entre une université anglaise et l’École nationale supérieure d’informatique et d’analyse des systèmes (ENSIAS), relevant de l’Université Mohammed V de Rabat pour le développement des recherches en technologie spatiale.




>> À lire aussi: