Après Casablanca et Rabat, Heetch débarque à Marrakech

Après Casablanca en 2017 et Rabat en 2018, Heetch vient d’annoncer son lancement à Marrakech avec ses premiers taxis labellisés « Fiddek ».




Prévu pour le 19 janvier 2019, le lancement de l’application Heetch au niveau de Marrakech représente « un nouveau pas dans sa stratégie visant à tisser une toile vertueuse, rapidement et sûrement, à travers les principales agglomérations du pays. Comme à son habitude, Heetch a choisi de s’associer exclusivement avec les taxis professionnels « , relate le communiqué.

L’objectif à court terme étant de conclure des partenariats gagnant/gagnant, avec 100 chauffeurs de taxis pour le lancement, et d’arriver avant l’été, à un total de 500 chauffeurs inscrits précise l’entreprise qui a réussi à convaincre plus de 4.000 chauffeurs à Casablanca ainsi que « des drivers » qui effectuent plus de 150.000 trajets mensuels..

« En plus des syndicats, d’autres contacts sont en cours avec les représentants des secteurs de l’hôtellerie et des loisirs en vue de promouvoir l’offre Heetch et de réfléchir mutuellement à des solutions de mobilité adaptées aux touristes », indique la même source.

Compte tenu de la spécificité de cette ville, la formation des chauffeurs Marrakchis de Heetch dispensée en partenariat avec l’UMT et la CTS (Coopérative taxis service) de Marrakech, sera renforcée par un cursus complémentaire incluant une initiation à la composante touristique de la ville, son histoire séculaire et ses principales attractions touristiques, poursuit le communiqué.

En ce qui concerne les avantages sociaux, les chauffeurs de Marrakech seront égaux à leurs homologues de la capitale économique et de la capitale administrative, notamment l’AMO.

Avant son implantation dans la ville ocre, l’application avait ainsi enregistré plus de 20.000 connexions depuis Marrakech.

Pour rappel, Heetch est une application mobile internationale qui géolocalise et connecte des passagers et des conducteurs en temps réel dans plusieurs pays comme la France, la Suède, la Belgique et l’Italie. De plus, la start-up française est la première application de transport au Maroc à se doter d’un cadre légal. Elle est également la première à obtenir l’autorisation d’exercer délivrée par la Wilaya de Casablanca.




>> À lire aussi: