Sahara : L’Afrique du Sud provoque encore le Maroc

La visite en Algérie de la ministre des Relations extérieures et de la Coopération internationale de la République d’Afrique du Sud, Lindiwe Sisulu a été l’occasion pour réitérer l’hostilité de son pays vis-à-vis du Maroc.




L’Afrique du Sud provoque à nouveau le Maroc. La ministre des Relations extérieures et de la Coopération internationale de la République d’Afrique du Sud, Lindiwe Sisulu, en visite officielle en Algérie, depuis dimanche dernier, à l’invitation du ministre des Affaires étrangères, Abdelkader Messahel, réaffirme le soutien de son pays à la thèse des séparatistes. Dans un communiqué commun, rendu public lundi 14 janvier 2019, Pretoria et Alger ont réitéré leur appui au front « Polisario ».

Pour rappel, cette position de l’Afrique du Sud a été réaffirmée par la cheffe de la diplomatie, fin décembre dernier. Lindiwe Sisulu a déclaré que la défense des thèses séparatistes sera une priorité pour son pays au Conseil de sécurité. L’Afrique du sud a pris, officiellement, ses fonctions en tant que membre-non permanent au sein de l’instance onusienne le 1er janvier 2019.

Pas plus tard que le samedi dernier, le président sud-africain Cyril Ramaphosa réitère son hostilité au Maroc. «Nous sommes aux côtés du Front Polisario », tranche-t-il lors d’un meeting électoral organisé en préparation des législatives de mai 2019, au stade de Durban par son parti au pouvoir l’ANC.

Cet acharnement contre le Maroc est en contraste avec les espoirs qu’a fait naître la rencontre entre SM le Roi Mohammed VI et l’ancien président de l’Afrique du Sud Jacob Zuma à l’occasion du 5ème sommet Union Africaine- Union européenne qui s’est tenu, en novembre 2017 à Abidjan.




À lire aussi: