L’avenir des jeunes générations et le devenir du pays dépendent de la réforme éducative

Le président du Conseil supérieur de l’éducation, de la formation et de la recherche Scientifique (CSEFRS), Omar Azziman a indiqué que le bilan d’étape du processus de réforme éducative permettra de s’arrêter sur les mesures les plus importantes en la matière et l’importance de leur conformité avec la vision stratégique 2015-2030.




S’exprimant à l’occasion de l’ouverture, lundi à Rabat, de la 15è session du conseil, M. Azziman a expliqué que la présentation de ce bilan offre aussi l’opportunité de tester les indicateurs, en cours d’élaboration, pour évaluer l’application des dispositions de la loi-cadre proposée pour la réforme du système éducatif.

Il a rappelé à cet égard l’importance primordiale de ce projet « dont dépend l’avenir des jeunes générations et le devenir du pays », notant que SM le Roi Mohammed VI avait appelé, lors du Conseil des ministres du 20 août 2018, à en accélérer l’adoption et à mobiliser toutes les parties prenantes pour sa mise en œuvre.

Le Conseil se réunit pour sa quinzième session et est confiant de pouvoir poursuivre ses travaux avec la même sérénité et la même détermination, afin de garantir une cohérence des travaux et une qualité des relations institutionnelles, a-t-il fait savoir, évoquant l’objectif ultime qui demeure de « servir l’école de l’équité et de l’égalité des chances, l’école de la qualité, l’école de l’épanouissement des apprenants et l’école de la justice sociale et du progrès de la société ».

Il a en outre également mis en avant l’engagement du CSEFRS à redoubler d’efforts pour faire aboutir, d’ici la fin de l’année scolaire et universitaire, l’essentiel des travaux en cours dans le but de respecter le libre choix du Conseil après son renouvellement, mais pour éviter tout retard des projets de plus grande importance.




Parmi les propositions de la session, a-t-il indiqué, figure l’adoption d’un projet de plan d’action et du projet de budget du Conseil pour l’année 2019, reflétant les choix du Conseil et respectant les contraintes actuelles

Au cours de cette session, plusieurs rapports seront examinés relatifs notamment à la formation professionnelle initiale et deux rapports thématiques de l’Instance nationale de l’évaluation sur l’évaluation du modèle d’éducation des enfants en situation de handicap au Maroc : vers une éducation inclusive, afin de garantir une attention conforme à leurs droits et des réponses adaptées à leurs besoins.

Le deuxième rapport porte sur les résultats des élèves marocains dans l’étude internationale sur le progrès en littératie (PIRLS 2016), qui met à disposition non seulement les moyens d’apprécier les progrès et le rendement des élèves marocains au cours des cinq dernières années, mais aussi une analyse des liens entre les performances des élèves marocains et leurs caractéristiques individuelles et familiales ainsi que des liens entre les performances des élèves et l’environnement de la classe et de l’école.




À lire aussi: