Manifestations en Inde après l’entrée de 2 femmes dans un temple hindouiste à Kerala

Des manifestations ont éclaté mercredi dans l’État de Kerala (sud de l’Inde) après que deux femmes aient pénétré sous protection policière dans un des sanctuaires indiens les plus sacrés de l’hindouisme, au grand dam de religieux hostiles à une décision de la Cour suprême annulant l’interdiction d’entrée imposée aux femmes âgées de 10 à 50 ans.




Les deux femmes sont entrées dans le temple de Sabarimala peu avant l’aube sous protection de la police, ce qui a provoqué des manifestations, notamment devant le siège du parlement de l’Etat, à Thiruvananthapuram, et des affrontements avec les forces de sécurité.

Ce temple est depuis des semaines au centre d’affrontements entre des hindous rigoristes, favorables au maintien de l’interdiction de l’entrée des femmes, et les partisans de la décision de la Cour suprême, notamment des associations de défense des droits des femmes.

Le temple a été fermé pendant une heure pour procéder à des « rituels de purification » après que le ministre en chef, Pinarayi Vijayan, eut confirmé que Bindu et Kanaka Durga y sont entrées avant l’aube. Il a été rouvert après une heure.

Les deux femmes avaient été interceptées le 24 décembre par des pèlerins hindous qui les ont empêchées d’entrer au temple.

S’adressant aux média, Bindu a déclaré qu’elle et Durga avaient pénétré dans le temple vers 1h30 du matin sous protection de quelques officiers de police en civil.

« Le gouvernement nous a aidé dans cette démarche, cependant, nous n’avons pas gravi les 18 marches sacrées, nous avons suivi le chemin normalement emprunté par les visiteurs », a indiqué Bindu.

Alors que la nouvelle se répandait, des manifestants sont descendus dans les rues du Kerala pour bloquer la circulation, brûler des pneus sur les routes principales et jeter des pierres sur des bus. Dans la capitale de l’État, la police a utilisé des canons à eau et des gaz lacrymogènes pour disperser les manifestants.

Des manifestations ont également été signalées dans les villes de Kochi, Palghat, Kozhikode et Kasargode.

Les femmes et les filles âgées de 10 à 50 ans n’étaient pas autorisées à prier au temple de Sabarimala. Cette interdiction a été annulée par la Cour suprême en septembre.




À lire aussi: