Zéro Mika: le gouvernement dresse le bilan et durcit la législation contre les contrevenants

Deux ans et demi depuis son entrée en vigueur, la loi 77-15 interdisant la fabrication, l’importation, l’exportation, la commercialisation et l’utilisation des sacs en plastique, affiche un bilan encourageant. Toutefois, l’objectif « Zéro Mika » est encore loin d’être atteint. Un projet de loi adopté ce jeudi 3 janvier en conseil de gouvernement durcit la réglementation en la matière.




Les sacs en plastiques n’ont toujours pas totalement disparu des marchés. Si on continue à les voir circuler chez les commerçants, c’est en raison de l’émergence de nouveaux modes d’approvisionnement. Réuni ce jeudi 3 janvier, le gouvernement a adopté un nouveau projet de loi 57-18. Un texte qui vise à éradiquer les moyens clandestins de production et d’importation des sacs en plastique.

Lors du point de presse tenu à l’issue du conseil de gouvernement, Mustapha El Khalfi, porte-parole du gouvernement a livré le bilan de deux ans et demi de guerre contre les sacs plastiques, et ce, conformément aux dispositions de la loi 77-15 modifié ce jeudi 3 janvier.

À compter de juillet 2016, date de l’entrée en vigueur de la loi 77-15, un système de contrôle spécifique a été mis en place, soldé par pas moins de 739 mille opérations de contrôle effectuées par le ministère de l’Intérieur, ayant donné lieu à 757 jugements et un total de 5 MDH d’amendes.

4600 opération de contrôle ont par ailleurs été menées par le ministère de l’industrie du commerce, et de l’investissement, portant ainsi le total des opérations à 744 mille en deux ans et demi de lutte.

Au 28 décembre 2018, 66 contraventions liées au secteur de l’industrie ont été déférées devant le procureur du roi, en plus de 4389 contraventions constatées chez les commerçants. 821 tonnes de sacs en plastique ont été saisis et 107 tonnes sacs interdits des points de passages frontaliers.