L’année 2019 sera celle de la mise en œuvre des grandes réformes

L’année 2019 marquera le début de la mise en oeuvre des grandes réformes et la promulgation d’une série de lois, a indiqué, jeudi, le Chef du gouvernement, Saâd Dine El Otmani.




S’exprimant lors de la réunion hebdomadaire du Conseil de gouvernement, M. El Otmani a appelé l’ensemble des membres de l’exécutif à redoubler les efforts chacun dans son département, souhaitant que l’année 2019 soit celle de l’accélération de l’action gouvernementale vers « la mise en application efficiente des objectifs et mesures contenus dans le programme gouvernemental ».

Le but escompté est « d’arriver ensemble aux objectifs auxquels nous aspirons tous et aux attentes de SM le Roi Mohammed VI vis-à-vis du gouvernement afin que notre pays puisse accéder au rang des pays émergents, ceci, a-t-il dit, est possible à travers « une action intensifiée et soutenue ».

Après avoir salué l’ensemble des secteurs gouvernementaux, M. El Otmani a affirmé que la réussite de tout ministre dans son département est celle du gouvernement dans son ensemble, qualifiant d' »importantes » les réalisations de 2018, « année des grandes réformes ».

Avec le soutien du Souverain, l’exécutif est parvenu à faire sortir une série de lois, dont certains sont soumis au parlement alors que d’autres ont été publiées au Bulletin officiel, à l’instar de la Charte de déconcentration administrative publiée fin décembre, a-t-il relevé, faisant savoir que le comité de pilotage s’attellera immédiatement à la mise en place d’une feuille de route susceptible de permettre la mise en oeuvre de cette Charte.

Le Chef du gouvernement a, en outre, rappelé certains modèles de projets et grandes réformes de l’année 2019, comme le projet de loi-cadre relatif au système de l’éducation, l’enseignement, la formation et la recherche scientifique, le projet de loi relatif aux centres régionaux d’investissements soumis au parlement, le plan national en matière de démocratie et des droits de l’Homme approuvé par le Conseil du gouvernement et auquel le ministre d’Etat chargé des droits de l’Homme apporte les dernières retouches, outre le projet de développement du système de la protection sociale, pour lequel le gouvernement prépare une conception globale.