Taza à l’heure de son Festival du cinéma en plein air

La cinquième édition du Festival du cinéma en plein air de Taza s’est ouverte, vendredi soir, sous le thème ‘’le cinéma au service des causes de la patrie’’.




Les intervenants à la cérémonie d’ouverture ont mis l’accent sur l’importance de ce festival qui souffle cette année sa cinquième bougie au service du cinéma et des cinéphiles à Taza, une ville qui regorge de talents dans les différents formes artistiques, soulignant la pertinence du sujet choisi cette année, en l’occurrence le cinéma au service des causes nationales et de la diplomatie parallèle.

Une dizaine de courts métrages réalisés par de jeunes artistes prendront part, lors de cette édition , à la compétition officielle de cette manifestation.

Il s’agit des films ‘’de Casablanca’’ de Younes Reggab, ‘’le voleur de mémoire’’ de Mounir Alouan, ‘’3000 mètres obstacles’’ de Said Ennadam, ‘’Electrochoc’’ de Hicham Ibramihi, ‘’Akhnif Abarbach’’ de Noura Azeoual, ‘’un Amour têtu’’ d’Abderahim Wahhab, ‘’le pain de la mort’’ de Lakhdar El Hamdaoui, ‘’Ainak’’ de Siham Allaoui et ‘’la Cascade’’ de Mohamed Ahzaoui.

Le jury, qui évaluera les films participants à cette édition, sera présidé par la réalisatrice Fatima Boubekdi. Il est composé du dramaturge Noureddine Benkirane, du jeune réalisateur Abdelali Lakhliti et du professeur de l’audiovisuel Mohamed Charaf Ben Cheikh.

Au menu, figurent aussi des ateliers sur les techniques de prise de vue, le tournage cinématographique et la peinture, des expositions de photos et d’arts plastiques et une cérémonie de signature de l’ouvrage ‘’figures du Maroc cinématographique’’ du critique Ahmed Sijlmassi.

La conférence du festival est consacrée cette année au sujet du ‘’cinéma marocain et diplomatie parallèle : Absence ou présence ?’’.

En marge des projections en plein air, qui auront lieu à Taza et dans les centres de Tahla, Oued Amlil et Bni Lent, les organisateurs ont programmé une rencontre ouverte avec la réalisatrice Fatima Boubekdi et un hommage à l’actrice Aicha Mahmah, au critique de cinéma Ahmed Sijilmassi et au champion du kick-boxing Hassan Skirej.

Le Festival de Taza pour le cinéma en plein air a pour objectif de contribuer à l’animation culturelle et artistique de Taza et région et de rapprocher le cinéma des populations des quartiers et villages marginalisés, des centres socio-éducatifs, des internats et des centres de détention.