Dotation touristique : ce qui change pour les MRE à partir du 1er janvier

A l’égard de la communauté marocaine résidant à l’étranger, des assouplissements dans la réglementation de change ont été décidés. 




La dotation touristique (la somme d’argent autorisée à quitter le pays en devises pour un particulier) pourrait atteindre 100.000 dirhams. Jusque-là plafonnée à 40.000 dirhams, l’Office des Changes (OC) va ainsi fixer 45.000 dirhams comme plancher.

S’y ajouteront alors 10% de l’IR payé par le contribuable au cours de l’année, avec un plafond de 55.000 dirhams. Ainsi, le contribuable aura droit à une dotation touristique pouvant atteindre les 100.000 dirhams par an.

Si pour les salariés et les fonctionnaires, l’IR est prélevé à la source, cette mesure devrait inciter les indépendants à déclarer tout leur revenu pour pouvoir bénéficier d’une dotation en devises supplémentaire. « Nous voulons inciter les contribuables à plus de civisme fiscal. Nous sommes sur la même démarche que celle de la direction générale des impôts et de la douane. Nous avons lié la dotation à l’IR payé, » a déclaré Hassan Boulaknadel, directeur de l’Office des changes, à L’Economiste dans son édition du 28 décembre au premier janvier.

Concernant la dotation des étudiants marocaine à l’Etranger, l’OC prévoit d’autoriser une année supplémentaire de transfert de devises après la fin des études. Pour rappel, l’étudiant non-boursier a droit à un transfert mensuel à hauteur de 10.000 dirhams par mois. La nouvelle instruction de change sera publiée par l’administration dans les prochains jours, annonce L’Economiste.

Le montant de la dotation touristique est régulièrement revu à la hausse par le département des Finances. En 1992, celle-ci ne dépassait pas les 5.000 dirhams, puis en 1997 les 10.000 dirhams. Elle a été relevée à 20.000 dirhams en 2007, puis à 40.000 dirhams en 2010. Parallèlement, les Marocains battent d’année en année leurs records en dépenses de voyage à l’étranger. Sur les onze premiers mois de 2017, celles-ci ont atteint 15,75 milliards de dirhams, soit une hausse de 19,5% comparée à la même période en 2016, d’après les chiffres de l’Office des changes.




>> À lire aussi: