Santé : La part du RAMED en nette amélioration

La part du Régime d’Assistance Médicale (RAMED) s’est considérablement améliorée atteignant 28,5% en 2017, relève l’Observatoire national du développement humain (ONDH) dans un rapport.




Le taux d’accès à la couverture maladie, tous types confondus, s’est établi à 53,8% en 2017, contre 23,4% en 2012, note le rapport de l’ONDH sur les « Indicateurs de suivi du développement humain: Niveau et tendances à l’échelle nationale et régionale 2012-2017 » présenté jeudi à Rabat.

L’Observatoire a relevé une hausse de 30,4 points de pourcentage relative au taux de couverture par une assurance maladie, couvrant de ce fait presque 60% de la population urbaine et 45% de la population rurale.Le RAMED, programme conçu par les pouvoirs publics dans l’objectif de réduire les inégalités d’accès aux soins pour les populations pauvres et vulnérables, a donc permis d’atteindre ses premiers objectifs, réalisant une amélioration particulièrement considérable entre 2013 et 2017, passant de 10,1% en 2013 à 28,5% en 2017 à l’échelle nationale, selon le rapport.

Dans le milieu rural, la couverture via RAMED est passée de 12,8% à 34,9% contre 8,9% à 24,6% dans le milieu urbain, poursuit la même source.

Ainsi, le rapport du taux de couverture médicale du quintile le plus pauvre de la population à la moyenne globale est passée de 26,8% en 2012 à 86,8% en 2017, indique l’ONDH, ajoutant que l’élargissement de la couverture médicale aux populations défavorisées a permis de réduire les inégalités d’accès aux soins de santé au cours des cinq dernières années. En matière de consultation médicale, le taux de consultation, après avoir enregistré une baisse de 76.1% en 2012 à 61.9% en 2015, a augmenté en 2017 pour atteindre 71%, relève le même rapport.

Dans ce sens, la quasi-totalité des femmes enceintes en milieu urbain ont accès à la consultation prénatale au cours de la dernière grossesse (93,5% au terme de l’année 2017), tandis qu’en milieu rural des efforts sont encore à déployer pour permettre au quart des femmes enceintes dont les grossesses ne sont pas suivies d’accéder aux soins prénatals.

Par ailleurs, la proportion des femmes, âgées de 15 à 49 ans qui ont accouché dans un milieu surveillé s’est améliorée de près de 5,5 points de pourcentage entre 2012 et 2017, passant de 82.1% à 87.6%, fait savoir l’ONDH, notant que cette progression est particulièrement remarquable en milieu urbain où le taux d’accouchement dans un milieu surveillé est passé de 93.3% à 95%, alors qu’en milieu rural, ce taux reste largement inférieur à la moyenne nationale bien qu’il ait enregistré une amélioration de 64.8% à 75.3% durant la même durée.

(Avec MAP)




>> À lire aussi: