Les résidus de l’extraction de l’huile d’olive menacent cinq barrages

La problématique des effets négatifs des résidus de l’extraction de l’huile d’olive sur l’écosystème refait surface chaque année à Taounate, malgré les menaces des agents de l’autorité dans la région.




Al Akhbar, rapporte dans son édition du vendredi 28 décembre 2018 que la ville de Taounate risque une catastrophe environnementale. En effet, les producteurs continuent de jeter les grignons d’olive dans la nature ce qui détériore le sol et peut affecter la nappe phréatique, malgré la mobilisation des autorités locales, des représentations ministérielles, des propriétaires d’unités de trituration et du tissu associatif.

Selon la même source, les agissements des producteurs de l’huile d’olive menacent cinq barrages dans la région. Lesdits producteurs auraient bénéficié de subventions de la part de l’Etat à hauteur de 780 milles dirhams pour les moulins à huile. 18 de ces producteurs ont profité de ces subventions malgré le fait qu’ils jettent les résidus de l’extraction dans la nature.

Les exigences environnementales relatives aux rejets liquides à charge polluante non nulle ont pris de l’ampleur depuis les années 1990. Les moulins à huile rejettent de moins en moins des margines, mais au contraire des grignons à teneur en eau plus élevée.

A titre de rappel, l’olivier constitue l’une des principales espèces fruitières cultivées dans la province de Taounate avec sur une superficie totale estimée de 147.000 ha. De plus, une grande importance a été accordée à cette culture dans le cadre du plan Maroc Vert et du programme MCA (Millenium Challenge Account).




>> À lire aussi: