Libye : Une Marocaine parmi les victimes de l’attentat de Tripoli

Le directeur du Département islamique au ministère des Affaires étrangères, Ibrahim Al-Shaibi, a également perdu la vie dans cette attaque.

Ce 25 décembre au matin, le ministère libyen des Affaires étrangères, installé à Tripoli, a été la cible d’une attaque qualifiée de terroriste, qui a fait trois morts et une dizaine de blessés. Parmi les victimes se trouve une ouvrière marocaine, rapporte l’agence de presse turque Anadolu Agency.




Après un bilan revu à la hausse par le ministère libyen de la Santé, faisant état de 3 morts et 9 blessés, l’agence de presse Anadolu Agency a donné des détails supplémentaires sur deux des victimes de l’attaque. “Plus tôt dans la journée de mardi, une source sécuritaire a déclaré à Anadolu que l’attaque a fait deux morts. Il s’agit du directeur du Département islamique au ministère des Affaires étrangères, Ibrahim Al-Shaibi, et une ouvrière de nationalité marocaine”, souligne l’agence ce presse.

Voiture piégée et explosions
“D’après la chaîne officielle du gouvernement d’union nationale (GNA), qui cite des sources anonymes au sein des ministères des Affaires étrangères et de l’Intérieur, l’attaque a été menée par plusieurs ‘assaillants terroristes’”, rapporte la MAP.

Une voiture piégée a explosé devant le ministère ce matin. “Après cet attentat, des combats ont éclaté à l’intérieur du bâtiment avec trois ou quatre assaillants, souligne la MAP, citant la même source. L’agence de presse précise qu’une deuxième explosion, “provoquée par un kamikaze”, a eu lieu “au 2e étage”.

Déchirée par des luttes de pouvoir et minée par une insécurité chronique, la Libye est devenue un repaire pour les jihadistes après la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011. L’EI avait profité du chaos pour s’implanter à Syrte, Benghazi, Derna, al-Nawfaliya (est), et Sabratha (ouest), mais les forces loyales au gouvernement d’union nationale (GNA) basé à Tripoli, ont repris le contrôle de ces régions en décembre 2016, après plus de huit mois de combats meurtriers.



>> À lire aussi: