Le Maroc et le Japon déterminés à renforcer leur coopération bilatérale

Le ministre japonais des Affaires étrangères, Taro Kono a fait part, lundi à Rabat, de sa détermination à donner une nouvelle impulsion à la coopération maroco-nippone dans divers domaines.




S’exprimant lors d’un point de presse à l’issue de ses entretiens avec le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Nasser Bourita, le chef de la diplomatie nippone, actuellement en visite officielle au Royaume, a émis le souhait de renforcer la coopération entre son pays et le Royaume du Maroc et de hisser le niveau des relations bilatérales.

« Le Maroc et le Japon peuvent jouer un grand rôle, à travers la coopération, dans le développement de l’Afrique », a fait savoir M. Kono. Le Maroc est un partenaire « important » pour le Japon et constitue une passerelle vers l’Europe et l’Afrique, a-t-il dit, soulignant la forte présence des entreprises japonaises sur le territoire marocain.

M. Kono a également mis en avant l’importance de cette visite, notant qu’il s’agit de la première visite d’un ministre japonais des affaires étrangères au Maroc depuis 31 ans.

Pour sa part, M. Bourita s’est félicité de cette visite « historique » , mettant en avant l’excellence des relations bilatérales, qui, note-t-il, se renforcent grâce aux liens amicaux qu’entretiennent la famille royale au Maroc et la famille impériale au Japon.

Lors de ces entretiens, les deux parties ont convenu de développer la coopération dans plusieurs domaines notamment le domaine politique à travers le renforcement des concertations entre les deux pays et la mise en place d’un comité interministériel mixte, a relevé M. Bourita.

Il s’agit également de déployer les mécanismes nécessaires afin de renforcer le rôle des entreprises japonaises dans le domaine de l’investissement et du développement économique et social au Maroc, a-t-il noté.

Les deux parties entendent également renforcer la coopération juridique à travers la signature de conventions dans les domaines de non double imposition et de protection des investissements, outre la coopération dans le domaine de la sécurité afin de lutter contre toutes formes de terrorisme et d’extrémisme dans le monde, a-t-il ajouté.




À lire aussi: